Injurié publiquement par le maire de Lens Contenu abonnés


Non content de m’interdire de participer à un débat1 organisé par l’association Les Obsédés Textuels qui m’avait invité à la médiathèque de Lens, le maire de cette ville m’injurie publiquement dans l’édition d’aujourd’hui de Libération.

Après m’avoir traité d’« embourgeoisé de la culture », ce qui est idiot mais totalement inoffensif, celui-ci profère un gros mensonge : j’aurais « tenu des propos indignes sur la population de Lens ». Il suffit de lire les articles publiés sur le site pour constater l’inanité de cette accusation.
Puis vient le meilleur, si l’on ose dire : « Qu’il reste chez lui avec son vomi. Cette élite parisienne crée des opprimés de la culture, et bien moi je défends les opprimés ».

Il y a dans cette phrase non seulement une injure publique2 (qui relève du droit…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Frédéric Mitterrand, ou la grande illusion

Article suivant dans Éditorial : Les mesures fiscales de François Hollande : une menace mortelle pour le patrimoine historique