L’incroyable indigence intellectuelle du Louvre-Lens Contenu abonnés


Que l’on soit pour ou contre le principe du Louvre-Lens1, il y a un point qui devrait tout de même faire consensus : l’invraisemblable pauvreté intellectuelle de ce projet. Les œuvres qui seront exposées dans la « Galerie du Temps » (rien que ce nom marque l’indigence du concept) n’ont aucun lien entre elles si ce n’est d’être pour la plupart des chefs-d’œuvre et pour plusieurs d’entre elles des objets emblématiques du Louvre, parmi ceux qui ne devraient jamais en sortir. On reste ainsi incrédule lorsqu’on lit que cette liste (que l’on pourra découvrir dans le communiqué de presse) est « le fruit d’une très longue réflexion relative au thème de la Galerie du Temps » comme le dit Henri Loyrette dans une interview publiée dans La Voix du Nord, alors qu’il ne s’agit que de prendre 205…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : La baisse du budget consacré au patrimoine

Article suivant dans Éditorial : Frédéric Mitterrand, ou la grande illusion