Expositions Valentin et Vermeer : le reportage de l’extrême Contenu abonnés


JPEG - 669.4 ko
1. Réservation gratuite, retirée à 14 h 10 le 24 février
pour une entrée théorique à 19 h...
Voir l'image dans sa page

J’ai déjà écrit ici (voir l’article) le scandale que constitue l’organisation absurde des expositions Vermeer et Valentin au Louvre. Mais ayant la chance, par mon métier, de bénéficier de visites de presse dans de très bonnes conditions (et d’avoir, par ailleurs, vu cette dernière exposition au Metropolitan Museum), j’ai voulu aller constater sur place ce que vivaient les visiteurs ordinaires, qu’ils soient payants ou qu’ils bénéficient de la gratuité. Muni de ma carte d’Ami du Louvre, je suis donc arrivé aujourd’hui, vendredi 24 février, à 13 h 55, sous la pyramide, pour retirer ma réservation. Heureusement que c’était un vendredi, jour de nocturne ! Car…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Les nouvelles salles de la Pinacoteca di Palazzo Chiericati à Vicence

Article suivant dans Musées : Expositions Vermeer/Valentin : une résolution seulement partielle des problèmes