Les nouvelles salles de la Pinacoteca di Palazzo Chiericati à Vicence Contenu abonnés


JPEG - 427.5 ko
1. Andrea Palladio
Palazzo Chiericati, Vicence
Photo : Benjamin Couilleaux
Voir l'image dans sa page

Située au cœur de la Vénétie, entre Padoue et Vérone, Vicence est une ville de renommée planétaire pour son riche patrimoine bâti de Palladio, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994. Projeté en 1550 par le fameux architecte pour le comte Gerolamo Chiericati, le Palazzo Chiericati compte parmi ces chefs-d’œuvre de la Renaissance (ill. 1). Bâtie pratiquement en face de l’iconique Teatro Olimpico, la demeure fut véritablement achevée à la fin du XVIIe siècle avec une certaine fidélité aux plans d’origine. La famille Chiericati la vendit en 1839 à la ville de Vicence, qui souhaitait y présenter ses collections artistiques. Après une longue campagne de restauration, la Pinacoteca di Palazzo Chiericati fut officiellement inaugurée le 18 août 1855. Elle comprend un important ensemble de peintures produites en Vénétie de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle, du niveau des musées des Eremitani à Padoue et du Castelvecchio à Vérone. Des décors peints sur les murs du palais, dus en partie aux meilleurs peintres véronais du XVIe siècle (Battista Zelotti, Domenico Brusasorci et Battista del Moro), complètent cet ensemble remarquable.

D’importants travaux entrepris en 2009 ont porté sur le bâtiment proprement dit, composé de trois ailes distinctes dans le temps (palladienne, du XIXe et du XXe siècle), mais aussi sur le parcours des collections entièrement repensé1. Fin 2013 a rouvert l’aile palladienne, essentiellement occupée par les décors de la Renaissance au rez-de-chaussée et un grand salon d’honneur à l’étage orné de tableaux baroques monumentaux. La seconde phase a concerné l’aile du XXe siècle, entièrement rouverte le 7 octobre 2016 avec la nouvelle présentation des peintures des Quattro et Cinquecento. La visite commence au rez-de-chaussée avec une grande pièce réunissant pour la première fois le cycle de tableaux profanes le plus important jamais…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Hervé Joubeaux, ancien directeur du Musée des Beaux-Arts de Chartres, réagit à sa fermeture

Article suivant dans Musées : Expositions Valentin et Vermeer : le reportage de l’extrême