Double préemption de Versailles lors de la vente Fraysse


18/11/15 - Acquisitions - Versailles, Musée national du château - Nous nous inquiétions, dans une brève publiée ce matin, de la vente d’un bureau d’Oppenordt pour le petit cabinet de Louis XIV à Versailles (ill. 1). À tort. Le château de Versailles a en effet très brillamment préempté, pour 1 300 000 € sans les frais, ce meuble royal qui venait d’être décrété Trésor national. Il a même fait mieux encore puisqu’il s’est également porté acquéreur, pour 41 000 euros sans les frais, d’une paire d’encoignures en acajou et plateau de marbre blanc (ill. 2), dont une est estampillée par J. H. Riesener. Ces deux meubles portent chacun la marque du Petit Trianon et les fers du Garde Meuble privé de la reine Marie-Antoinette. Carton plein pour Versailles donc.
D’autres meubles de Riesener provenant du Petit Trianon et portant des marques similaires sont conservés, dont un bureau plat au J. Paul Getty Museum, une petite table à écrire à Waddesdon Manor et une autre passée en vente chez Beaussant-Lefèvre à Drouot le 28 juin 20001.


JPEG - 150.6 ko
1. Alexandre-Jean Oppenordt (vers 1639-1715)
Bureau, 1685
Chêne, bois résineux, placage d’ébène et de palissandre
de Rio, laiton, écailles rouges - 92 x 101 x 54,5 cm
Préempté par le château de Versailles le 18/11/15
Photo : SVV Fraysse
JPEG - 131.5 ko
2. Jean-Henri Riesener (1734-1806)
Encoignures
Acajou et placage d’acajou, plateau de
marbre blanc - 90 x 54,5 x 38 cm
Préempté par le château de Versailles le 18/11/15
Photo : SVV Fraysse

Des préemptions d’autres musées ont eu lieu dans cette même vente judiciaire dont il n’est pas inutile de dire - ce que nous n’avons pas fait dans la précédente brève - qu’il s’agit de l’ancienne collection Servier... Nous parlerons de ces autres achats dans une prochaine brève.
On ne pourra cependant s’empêcher de regretter la coupe en Sèvres du service de la laiterie de Rambouillet, sans conteste un trésor national auquel ce label a été refusé2. Elle a été adjugé à un collectionneur américaine pour 360 000 € (hors frais). Les trois pièces que nous reproduisions dans la brève de ce matin sont donc désormais dans des collections différentes aux États-Unis.


Didier Rykner, mercredi 18 novembre 2015


Notes

1Ces informations sont données dans la notice du catalogue.

2Elle n’a même pas été proposée à la Commission consultative des trésors nationaux.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : De nouveaux vitraux pour l’église d’Anzy-le-Duc ?

Article suivant dans Brèves : La rue Chaptal, nouveau quartier d’antiquaires à Paris