Un bureau d’Oppenordt pour Louis XIV en vente aujourd’hui à Paris Contenu abonnés


18/11/15 - Trésors nationaux - Vente à Paris - Vendredi dernier, la Commission consultative des trésors nationaux votait à l’unanimité pour que le ministère de la Culture refuse l’exportation d’un bureau d’Oppenordt (ill. 1), livré en 1685 pour le petit cabinet de Louis XIV à Versailles. Bien que ce meuble doive être vendu cette après-midi à l’hôtel Drouot, à l’heure où nous écrivons cette brève, le ministère ne nous a pas encore confirmé que l’arrêté entérinant cette décision avait été signé (et il n’apparaît d’ailleurs pas dans le JO de ce jour). La SVV Fraysse n’avait pas davantage reçu la notification officielle. Rappelons que la ministre n’est pas obligée de suivre l’avis de la commission. On imagine mal, surtout après l’affaire des Rembrandt, qu’elle passe outre celui-ci.


JPEG - 150.6 ko
1. Alexandre-Jean Oppenordt (vers 1639-1715)
Bureau, 1685
Chêne, bois résineux, placage d’ébène et de palissandre
de Rio, laiton, écailles rouges - 92 x 101 x 54,5 cm
Vente le 18 novembre 2015 par la SVV Fraysse
Photo : SVV Fraysse
JPEG - 140.1 ko
2. Alexandre-Jean Oppenordt (vers 1639-1715)
Bureau, 1685
Chêne, bois résineux, placage d’ébène et de palissandre
de Rio, laiton, écailles rouges
New York, Metropolitan Museum
Photo : Metropolitan Museum

S’il a malheureusement été modifié à une date inconnue pour le transformer, de bureau plat à bureau à abattant, ce meuble est extrêmement important à la fois en raison de son commanditaire, par son exécutant (Oppenordt est un des meilleurs ébénistes de l’époque), par sa destination, par sa rareté (les meubles de Louis XIV ont pour la plupart disparu au XVIIe siècle) et par ses qualités. Il y avait, à l’origine, deux meubles, le pendant (non modifié) étant aujourd’hui conservé au Metropolitan Museum (ill. 2).
Pour une fois, ces meubles n’ont pas quitté le patrimoine national sous la Révolution, mais par une vente en 1751, le mobilier d’époque Louis XIV apparaissant alors démodé. Au XIXe siècle, le bureau qui va être vendu appartenait au baron James Anselm…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Virginia Museum achète un panneau de Neri di Bicci

Article suivant dans Brèves : De nouveaux vitraux pour l’église d’Anzy-le-Duc ?