Deux acquisitions pour le Musée Napoléon du Château de Fontainebleau


JPEG - 69.9 ko
1. Noël-Jean Lerebours (1762 - 1840)
Instrument d’architecte
Double « pied du roi » à secteur, 1806
Ebène et laiton - 33 x 17 cm
Fontainebleau, Musée Napoléon
Photo : Osenat

7/9/16 - Acquisition - Fontainebleau, Château, Musée Napoléon - Si la souscription « des Sèvres pour Fontainebleau » est une opération de grande ampleur (voir la brève du 30/8/16), le Musée Napoléon ne néglige pas les œuvres plus modestes susceptibles de compléter son parcours de visite, actuellement en cours de réorganisation. Les conservateurs ont ainsi acheté deux objets1 lors de la vente Osenat du 3 juillet 2016 à Fontainebleau. Le premier, adjugé 4500 euros (avec les frais), est un outil d’architecte, un double « pied de roi » à secteur qui devrait être exposé dans la section « Bâtir et orner » de l’espace consacré aux « Formes et langage au service de l’Empereur ». Il s’agit d’un instrument de mesure souvent utilisé comme un compas de proportion, constitué de deux règles graduées, plates et de même longueur, articulées autour d’une charnière également plate. L’objet est l’œuvre de Noël-Jean Lerebours, opticien de l’Empereur qui fut l’auteur de longues-vues et lunettes, mais aussi de plusieurs instruments de mathématiques.
Ce « pied du roi » est un présent honorifique et commémoratif, offert comme l’indique son inscription par « ses amis à l’architecte impérial Chalgrin, le 15 août 1806 » à l’occasion de la « pose de la première pierre de l’Arc de Triomphe ». L’Arc de Triomphe en effet fut conçu par Jean-François Chalgrin qui mourut avant son achèvement. Le chantier fut repris par Louis-Robert Goust et Jean-Nicolas Huyot, et s’acheva finalement en 1836, sous Louis-Philippe.

JPEG - 53.1 ko
2. Manufacture Chamberlain
Assiette du service des Vues de Waterloo ? vers 1816
Vue de la Belle Alliance depuis l’endroit où
Buonaparte rallia la Garde impériale le 18 juin 1815

Porcelaine - D. 22 cm.
Fontainebleau, Musée Napoléon
Photo : Osenat

Autre acquisition lors de la même vente, une assiette en porcelaine du service des vues de Waterloo, acquise pour 2625 euros (avec les frais). Comme le précise l’inscription en lettres dorées en-dessous du paysage représenté au centre de l’assiette, il s’agit d’une « Vue de la Belle Alliance depuis l’endroit où Buonaparte rallia la Garde impériale le 18 juin 1815 ». Le choix de nom Buonaparte n’est pas anodin et sa connotation péjorative n’échappe à personne, renvoyant au passé italien de la Corse et donc à la légitimité contestée de l’empereur.
Cette assiette est l’œuvre de la manufacture Chamberlain, fondée en 1783 par Robert Chamberlain (vers 1736-1798) à Worcester, qui reçut par la suite du Prince Régent, futur George IV, un brevet royal en 1807. En 1816, le prince commanda un service de douze assiettes illustrant les vues de Waterloo, un thème alors en vogue. Les décorateurs puisèrent leurs modèles dans les dessins de Samuel Wharton, qui furent gravés par Richard Gilson Reeve. La composition qui a servi de modèle à l’assiette de Fontainebleau est visible dans les collections royales britanniques. Parmi les sites liés à la bataille de Waterloo qui furent représentés dans cette série il y avait donc le lieu-dit de la Belle Alliance, mais aussi le château de Hougoumont ou Gomont et la ferme de la Haie Sainte. Cette assiette pourrait rejoindre dans le parcours la salle intitulée « 1814-1815, année charnière ».


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mercredi 7 septembre 2016


Notes

1Nous remercions Christophe Beyeler pour les notices qu’il nous a envoyées.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Trois peintures pour Worcester

Article suivant dans Brèves : La Roche-sur-Yon acquiert une esquisse de Baudry