Dessins de Merry-Joseph Blondel et de Léon Cogniet pour deux plafonds du Louvre Contenu abonnés


Paris, Musée du Louvre, aile Sully, deuxième étage, salles 20 à 23, Exposition terminée en mai 2003.

JPEG - 33.3 ko

Régulièrement, le département des Arts Graphiques organise des expositions sur les grands décors au XIXe siècle. Aujourd’hui, le Louvre lui-même est à l’honneur, grâce à deux fonds de dessins préparatoires à ses plafonds.
Ceux de Blondel, judicieusement offerts par le CCF, sont d’une fraîcheur extraordinaire. Ils préparent le décor d’une des salles du Conseil d’Etat, dans l’aile Ouest de la cour carrée (l’actuelle salle 64). D’une perfection glacée, ils témoignent d’un beau métier et sont d’une rigueur irréprochable.
Fort différents sont ceux de Léon Cogniet pour la galerie Campana, feuilles d’étude rapides, d’ensemble ou de détail, d’un faire moins minutieux mais sans doute plus vigoureux. A Blondel, néo-classique tardif, s’oppose la fougue de Cogniet, artiste que le Massacre des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Parmesan et la maniérisme européen

Article suivant dans Expositions : Maestà di Roma - Entretien avec Olivier Bonfait