Chambéry : une toile de Beaumont restaurée dans un musée rénové


La Savoie ne devint définitivement française qu’en 1860 et si le musée de Chambéry ne bénéficia pas des envois de l’État qui suivirent l’arrêté Chaptal, il reçut des legs et donations de généreux mécènes parmi lesquels le baron Garriot, collectionneur savoyard établi à Florence, ou encore Victor Emmanuel II, dernier roi de Piémont et premier souverain d’Italie, si bien qu’il conserve aujourd’hui l’une des plus importantes collections de peintures italiennes du XIVe au XVIIIe siècle.


JPEG - 297 ko
1. Claudio Francesco Beaumont, (1694-1766)
Hannibal jurant haine aux Romains
Huile sur toile - 330 x 630 cm
Chambéry, Musée des Beaux-Arts
Photo : D.Gourbin
JPEG - 223.9 ko
2. Claudio Francesco Beaumont, (1694-1766)
Alexandre le Grand et la famille de Darius
Huile sur toile - 313 x 611 cm
Chambéry, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musées de Chambéry

Parmi elles, deux toiles monumentales de Francesco Beaumont (ill. 1 et 2), offertes justement par Victor Emmanuel II, racontent les actions édifiantes de personnages illustres : Alexandre se montrant magnanime envers la famille de Darius (sujet tiré de Plutarque, XXXIII, 21), et le jeune Hannibal jurant une haine éternelle aux Romains (épisode tiré de l’Histoire romaine de Tite-Live XXI,1). Alexandre fut restauré en 1966 puis en 2011, tandis qu’Hannibal, sorti des réserves récemment, vient de l’être avec l’aide de la Fondation BNP Paribas, qui a apporté plus de la moitié des quelque 100 000 euros nécessaires, et grâce au savoir-faire de Caroline Snyers et de son équipe de restaurateurs1. Un nouvel accrochage permet en outre de confronter les héros dans un superbe face à face.

L’histoire de ces deux peintures2 baigne malheureusement dans un épais brouillard digne du smog anglais. Appartiennent-elles à une même série consacrée à des exempla virtutis puisés dans l’Antiquité ? C’est probable. Ont-elles été commandées par Victor-Amédée II ou par Charles-Emmanuel III, tous deux ducs de Savoie et rois de Sardaigne respectivement de 1720 à 1730 et de 1730 à …

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Nouveaux éléments sur les ventes du Musée Marmottan

Article suivant dans Musées : Droit de réponse d’Antoine Poncet à propos de notre article sur Marmottan