Bruno Decaris sévit encore : le couvent des Pénitents à Louviers


JPEG - 177.1 ko
1. L’école de musique de Louviers
construite sur les ruines du couvent des Pénitents
vue de l’arrière
(architecte : Bruno Decaris)
Photo : Didier Rykner

10/4/14 - Patrimoine - Louviers, couvent des Pénitents - Parmi les architectes en chef des monuments historiques dont nous aimerions qu’ils changent de métier, pour le bien des édifices qu’ils prennent en charge, nous n’avions jamais parlé de Bruno Decaris. Celui-ci a gagné sa notoriété par le traitement qu’il a fait subir au château de Falaise, un scandale qui a défrayé la chronique dans les années 1990. Dans Télérama, Decaris déclare : « Mon travail consiste à révéler les monuments, à les mettre en lumière, à leur donner du sens. Pas à les restaurer ! Le terme même de "restauration" ne me plaît pas. Il sent la nostalgie rance, l’Ancien Régime, le "c’était mieux avant"... ». Il est invraisemblable que celui qui déclare aussi clairement que son travail ne consiste pas à « restaurer » des monuments puisse être toujours employé pour la… « restauration » de monuments historiques dont l’État a, de par la loi, l’obligation de veiller à leur intégrité.
Bruno Decaris continue ainsi joyeusement à pratiquer son métier, qui n’est donc pas celui d’un « restaurateur » comme il l’avoue lui même, dans un certain nombre de départements, dont celui de l’Eure.


JPEG - 204.5 ko
2. L’école de musique de Louviers
construite sur les ruines du couvent des Pénitents
(architecte : Bruno Decaris)
Photo : Didier Rykner
JPEG - 335.6 ko
3. Carte postale ancienne des ruines du couvent
des Pénitents de Louviers avec son cloître sur l’eau

Nous consacrerons bientôt un article à l’église de Louviers. Mais notre visite dans cette ville a été l’occasion d’apprécier l’intervention de cet architecte sur un monument insigne, bien qu’en grande partie en ruines : les restes du couvent des Pénitents. Rappelons que, comme Évreux, Louviers a été en grande partie rasée pendant la Seconde guerre mondiale et qu’elle a perdu un très grand nombre de monuments historiques.


JPEG - 271.6 ko
4. L’école de musique de Louviers
construite sur les ruines du couvent des Pénitents
(architecte : Bruno Decaris)
Photo : Didier Rykner
JPEG - 351.2 ko
5. Carte postale ancienne des ruines du couvent
des Pénitents de Louviers avec son cloître sur l’eau

Ce n’était manifestement pas suffisant pour la dernière municipalité, fort heureusement battue aux dernières élections municipales : aux ruines romantiques qui encadraient un des rares cloîtres sur l’eau subsistant en Europe, s’est substitué un monstre hybride, mi-architecture ancienne trop restaurée, mi-architecture contemporaine du genre geste architectural. Que le bâtiment moderne en lui même ne soit pas pas complètement nul ne justifie en rien qu’il vienne ainsi jouer au coucou dans un monument historique. On peut reprendre ici la phrase de Charles Quint à propos de la cathédrale de Cordoue construite sur la mosquée : « Vous avez détruit ce que l’on ne voyait nulle part pour construire ce que l’on voit partout. » Rien ne subsiste de ce qui faisait la beauté et l’authenticité de ce monument. Il était pourtant théoriquement protégé puisque inscrit. Mais on se demande désormais à quoi sert l’inscription qui permet ainsi de dénaturer totalement un monument ou de le détruire de fond en comble comme cela a été le cas pour la piscine Molitor.

English version


Didier Rykner, jeudi 10 avril 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Chantilly : restaurations, expositions, actualité du Musée Condé

Article suivant dans Brèves : Pauline Viardot en sainte Cécile d’Ary Scheffer préempté par le Musée de la Vie Romantique