Pauline Viardot en sainte Cécile d’Ary Scheffer préempté par le Musée de la Vie Romantique Contenu abonnés


JPEG - 64.2 ko
1. Ary Scheffer (1795-1858)
Portrait de Pauline Viardot en sainte Cécile, 1851
Huile sur toile - 82 x 51 cm
Paris, Musée de la Vie Romantique
Photo : SVV Mathias/Baron Ribeyre & Associés, Farrando

11/4/14 - Acquisition - Paris, Musée de la Vie Romantique - Pauline Viardot fut une des figures éminentes du Paris romantique. D’abord pianiste, elle devint cantatrice après la mort de sa sœur, la Malibran, et composa également des mélodies et des opéras de salon. En 1863, en raison de l’opposition de son mari Louis Viardot à Napoléon III, elle dut quitter Paris pour s’installer à Baden-Baden et revint en France après 1870.

Le Musée de la Vie Romantique a brillament préempté, cet après-midi, à l’hôtel Drouot (SVV Mathias - Baron Ribeyre & Associés, Farrando), pour 8000 € (sans les frais),…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Bruno Decaris sévit encore : le couvent des Pénitents à Louviers

Article suivant dans Brèves : Malmaison acquiert deux pots-pourris