Acquisitions récentes du Musée des Beaux-Arts de Rennes


12/8/14 – Acquisitions – Rennes, Musée des Beaux-Arts – L’année dernière, la galerie de Bayser présentait un ensemble de dessins de Léon Cogniet (voir la brève du 16/11/13). Si le Musée des Beaux-Arts de Rennes n’a malheureusement pas pu y acheter la plus belle feuille, préparatoire au Massacre des Innocents qu’il conserve (celle-ci était déjà vendue), il a pu se porter acquéreur, grâce à sa Société des Amis, d’un carnet comprenant 267 dessins auxquels se sont ajoutés quatorze autres feuilles sur papier libre préparatoires, entre autres, au Tintoret au chevet de sa fille morte et aux Saintes femmes au tombeau de l’église de la Madeleine. Cet album provient de l’atelier de l’artiste et est identique à ceux que conserve le Musée des Beaux-Arts d’Orléans


JPEG - 173.4 ko
1. Léon Cogniet (1794-1880)
Dessin provenant d’un carnet
(Étude de bougie)
Aquarelle
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes
JPEG - 254 ko
2. Léon Cogniet (1794-1880)
Dessin provenant d’un carnet
Crayon noir
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes

Nous reproduisons ici, à titre d’exemple, cinq dessins de cet ensemble qui reste à étudier (ill. 1 à 5). On remarquera notamment la charmante petite aquarelle représentant une bougie (ill. 1) et le dessin représentant des lutteurs (sujet à préciser) où l’on distingue clairement l’influence de Géricault sur Cogniet.


JPEG - 166.5 ko
3. Léon Cogniet (1794-1880)
Dessin provenant d’un carnet
Crayon noir
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes
JPEG - 242.5 ko
4. Léon Cogniet (1794-1880)
Dessin provenant d’un carnet
(Vue d’une église romaine)
Crayon noir
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes

JPEG - 109.9 ko
5. Léon Cogniet (1794-1880)
Dessin provenant d’un carnet
(Étude de draperie)
Crayon noir
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes

Autre enrichissement notable, de la galerie Julien Petit, une petite huile sur toile de Maurice Denis représentant des Brûleuses de goémon (ill. 6), peinte en 1890, probablement à Perros-Guirec. L’artiste est alors en pleine période Nabi ce dont témoigne ce tableau où les couleurs sont disposées par grands aplats, cernés de traits noirs. Le brûlage du goémon permettait de faire de la soude, utilisée notamment pour la fabrication du verre. Le musée conservait déjà trois tableaux de Maurice Denis, plus tardifs : Maternité aux manchettes de dentelle (1895), Les premiers pas (1911), Le Yacht échoué à Trégastel (1938), et un dessin : Étude pour la mère au corsage noir (1894).


JPEG - 351.4 ko
6. Maurice Denis (1870 - 1943)
Brûleuses de goémon, vers 1890
Huile sur toile - 18 x 22 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes
JPEG - 131.4 ko
7. Madeleine Hérault-Coypel (1641-1682)
Portrait d’un homme, assis à sa table de travail
Huile sur toile - 114 x 86 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes

JPEG - 239.2 ko
8. Auguste-François-Marie Gorguet (1862-1827)
Femme évanouie ou morte dans une chambre
Fusain - 27,1 x 20,1 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rennes

Grâce à l’achat d’un Portrait d’homme assis à sa table de travail par Madeleine Hérault-Coypel (ill. 7), acquis d’une collection particulière, le musée a pu enrichir encore un de ses points forts : sa collection de peintures françaises du XVIIe siècle. Cette femme peintre, dont cette œuvre est la seule retrouvée, était la première épouse de Noël Coypel dont le musée possède déjà un fonds important, et la mère d’Antoine dont un Portrait de gentilhomme a été acheté par Rennes en 1998. Roger de Piles signale ses talents de copiste (notamment d’après Raphaël) tandis que Dézallier d’Argenville explique qu’« elle peignoit le portrait, genre auquel son mari s’étoit appliqué avec succès ».

Un jeune collectionneur, Xavier Scherberich, a acquis de la galerie La Nouvelle Athènes à Paris pour l’offrir aussitôt au Musée des Beaux-Arts de Rennes un dessin au fusain d’Adrien Gorguet représentant une Femme évanouie ou morte dans une chambre (ill. 8). Le sujet exact n’a pas encore été identifié mais est certainement préparatoire à l’illustration d’un ouvrage, activité que cet élève notamment de Gérôme et de Bonnat pratiquait assidûment. L’artiste a un lien avec Rennes puisqu’en 1907 il peignit quatre cartons sur les dix préparant les tapisseries destinées à orner le Parlement (les six premiers avaient été réalisés par Édouard Toudouze qui mourut avant de pouvoir achever ce travail). Une exposition sera dédiée en 2015 à cette commande ; elle regroupera notamment les tapisseries qui n’ont pas été détruites dans l’incendie de 1994 ainsi que les petits cartons conservés au Mobilier National.
Signalons enfin que Xavier Scherberich a également offert à Rennes cinq estampes de Claudine Bouzonnet-Stella d’après Jacques Stella pour la suite de treize gravures illustrant La Passion du Christ.


Didier Rykner, mardi 12 août 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une souscription pour l’achat d’un tableau troubadour par le monastère royal de Brou

Article suivant dans Brèves : Vols : un buste-reliquaire en Auvergne et un Guerchin à Modène