Vols : un buste-reliquaire en Auvergne et un Guerchin à Modène


13/8/14 – Vols – France et Italie – Les vols d’œuvres d’art dans les églises ont beau diminuer comme nous le disait le chef de l’OCBC, Stéphane Gauffeny, dans notre émission La Semaine de l’Art, ils n’ont hélas pas disparu. Deux exemples très récents en sont la preuve, l’un en France, l’autre en Italie.


JPEG - 231.9 ko
1. France, XVIIe siècle
Buste-reliquaire de saint Martin
Bois polychrome
Volé en août 2014
Saint-Martin-Valmeroux, église
Photo : CAOA Cantal

En France, dans l’église de Saint-Martin-Valmeroux en Auvergne, un buste reliquaire de Saint-Martin (ill. 1) a été volé, comme nous l’avons appris par la page Facebook du Musée de Haute-Auvergne (et via Twitter). Un article de La Montagne nous en apprend un peu plus sur ce vol qui a été découvert le 5 août dernier.
Il est important de diffuser au maximum l’image de l’œuvre, une belle sculpture en bois qui daterait, d’après l’article, du XVIIIe siècle mais semble plutôt du XVIIe siècle comme on le lit sur le site de la commune. Elle serait inscrite Monument Historique même si sa fiche est introuvable sur la base Palissy du ministère de la Culture.


JPEG - 125.7 ko
2. Giovanni Francesco Barbieri,
dit Le Guerchin (1591-1666)
Vierge avec saint Jean l’Évangéliste et
saint Grégoire Thaumaturge
, 1639
Huile sur toile - 293 x 184,5 cm
Volé en août 2014
Modène, église San Vincenzo
Photo : D. R. (domaine public)

Autre vol très récent, que nous apprend la presse italienne (notamment Modena Today), celle d’un grand retable de Guerchin, la Vierge avec saint Jean l’Évangéliste et saint Grégoire Thaumaturge (ill. 2). La toile, qui a été volée dans l’église San Vincenzo de Modène (l’église était fermée, elle a été vue pour la dernière fois le 10 août), revenait juste d’une exposition à Turin sur les œuvres restaurées après le tremblement de terre de 2012.
On ne comprend pas ce qui peut motiver les voleurs d’un pareil tableau, de grande dimension (293 x 184,5 cm) et d’un artiste aussi connu que le Guerchin. Celui-ci est bien entendu absolument invendable. Il faut espérer qu’il sera retrouvé rapidement et qu’il ne subira pas le sort de la Nativité du Caravage, disparue en 1969 (probablement volée par la Mafia) et dont on craint qu’elle n’ait finalement été détruite.


Didier Rykner, mercredi 13 août 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Acquisitions récentes du Musée des Beaux-Arts de Rennes

Article suivant dans Brèves : Au Louvre, une console portant un bronze s’effondre