Just Becquet, sculpteur bisontin

La Tribune de l’Art
Just Becquet (1829-1907)
La Vouivre du Puits Noir, Salon de 1899
Terre cuite - 51 x 48,5 cm
Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie
Photo : Charles Choffet
Voir l´image dans sa page

Originaire de Besançon, Just Becquet rejoint Paris vers 1850. Il intègre l’atelier de François Rude, sans doute sur les conseils de deux disciples du maître : les frères Jules et Paul Franceschi, fils d’un sculpteur installé à Besançon depuis 1831. Malgré la fermeture de l’atelier en 1852, les liens entre le Bisontin et le Dijonnais restent très forts, ce dernier prodiguant ses conseils au jeune Becquet jusqu’à sa mort en 1855.
En 1853, Becquet expose au Salon pour la première fois et y participe régulièrement jusqu’à sa disparition. En 1904, il obtient une médaille d’honneur. Bien qu’installé à Paris, il a laissé de nombreux témoignages de son art à Besançon : le Monument à Victor Hugo du square Granvelle, la statue de Flore de la place éponyme ou encore le Christ mort, le Saint Sébastien et le Vieillard lisant de la basilique Saint-Ferjeux.

Le musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon organise la première exposition monographique consacrée à ce sculpteur, personnalité atypique reconnue par ses contemporains, mais depuis tombée dans l’oubli.
Nous serions reconnaissants aux personnes et aux institutions qui posséderaient des œuvres de cet artiste, des documents ou des informations le concernant de bien vouloir entrer en contact avec nous.

Mickaël Zito, chargé collections sculptures au musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon
Adresse de contact : mickael.zito@besancon.fr

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.