Une souscription pour la restauration d’un tableau algérien de Gustave Guillaumet


JPEG - 334.2 ko
1. Gustave Guillaumet
La Famine en Algérie, 1869
Huile sur toile - 320 x 234 cm
Constantine, Musée Cirta
Photo : M. Gautheron
Voir l'image dans sa page

31/1/18 - Souscription - Constantine, Musée Cita - Plusieurs musées d’art occidental existent encore en Algérie, dont le plus connu est naturellement celui d’Alger. À Constantine se trouve le Musée Cirta, ouvert en 1931. Celui-ci conserve une section Beaux-Arts avec des œuvres allant - selon le site algeria.com - du XVIIe au XXe siècle.
À l’occasion de la préparation de l’exposition L’Algérie de Gustave Guillaumet qui aura lieu à partir de juin prochain à La Rochelle puis ensuite à Limoges, Roubaix et Agen, une grande peinture de cet artiste a été localisé au Musée Cirta (ill. 1), dans un mauvais état de conservation, mais parfaitement restaurable. Elle a pour titre La Famine et représente un épisode tragique de l’histoire de l’Algérie qui vit, entre 1866 et 1868 disparaître un tiers de la population, notamment en raison de la sécheresse qui pesa fortement sur la production agricole. Exposé au Salon de 1869, cette œuvre fut peu appréciée en raison de la violence et de la dureté du sujet. On voit en effet des figures d’hommes, de femmes et d’enfants très faibles ou agonisant, tandis qu’à l’arrière-plan quelqu’un, à travers une fenêtre, tend un pain aux malheureux. Guillaume fut manifestement très inspiré pour ce tableau par les Massacres de Scio de Delacroix.
La Famine en Algérie fut offerte par la veuve de Guillaumet à l’ancien musée municipal d’Alger, avant de passer dans les collections du Musée national des Beaux-Arts d’Alger et d’être finalement déposé à Constantine.

Sans châssis, retrouvée roulée, la toile a subi de nombreuses dégradations. Sa restauration se monte à 25 000 € pour laquelle une souscription de 20 000 € a été lancée pour son financement sur la plate-forme D’Artagnans. Un premier palier de financement de 10 440 € permettra dans un premier temps de restaurer la toile et de lui mettre un châssis, avant qu’une seconde étape permette de réunir l’argent nécessaire à la restauration de la couche picturale. Ce défi est bien parti puisque déjà plus de 50% du montant sollicité a déjà été atteint. L’œuvre sera bien évidemment présentée dans la rétrospective.


JPEG - 342.8 ko
2. Lorraine, Ve siècle
Lance de Cutry
Fer, argent, cuivre et laiton - Longueur : 45 cm
Collection privée
Photo : Musée Lorrain
Voir l'image dans sa page

Signalons aussi, même si l’œuvre sort du champ traité par La Tribune de l’Art, le lancement d’une autre souscription, par la Société d’Histoire de la Lorraine et du Musée Lorrain, pour l’acquisition d’une lance d’apparat du Ve siècle, trouvée à Cutry dans le Nord de la Lorraine (ill. 2). Toutes les informations se trouvent ici. La société s’est donnée jusqu’au 2 avril 2018 pour trouver les 30 000 € nécessaires à cette acquisition.


Didier Rykner, mercredi 31 janvier 2018





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le mobilier du duc de Gaëte déposé au château de Rambouillet

Article suivant dans Brèves : Sept dessins offerts au Louvre sous réserve d’usufruit