Une grande Allégorie de la Vertu de Jacopo Ligozzi offerte aux Offices


JPEG - 225.7 ko
1. Jacopo Ligozzi (vers 1547-1627)
L’Amour défendant la Vertu contre
l’Ignorance et le Préjugé
, vers 1580-1585
Huile sur toile - 345 x 228 cm
Florence, Galleria degli Uffizi
Photo : Jean-Luc Baroni Ltd

1/02/15 - Acquisition - Florence, Galleria degli Uffizi - Bien que né à Vérone et n’étant arrivé à Florence qu’à l’âge de trente ans, en 1577, pour entrer au service des Médicis, Jacopo Ligozzi est considéré comme faisant partie de l’école florentine. Féru de sciences naturelles, le duc François Ier de Médicis employa notamment l’artiste pour réaliser des aquarelles ou des peintures a tempera représentant des animaux et des plantes. Connu pour ses nombreux dessins représentant des allégories complexes, souvent rehaussées d’or, il est aussi l’auteur de peintures profanes, notamment du décor du Salon du Cinquecento au Palazzo Vecchio, et religieuses, grands tableaux d’autel et fresques représentant la vie de saint François d’Assise dans le cloître de l’église des Ognissanti.

C’est une très grande et superbe toile (ill. 1) de cet artiste que vient d’offrir Jean-Luc Baroni, en souvenir de son père, à la galerie des Offices. Le tableau, une allégorie de la Vertu, ayant pour sujet exact L’Amour défendant la Vertu contre l’Ignorance et le Préjugé, fut commandé par François Ier de Médicis pour orner le Casino di San Marco où celui-ci avait installé son laboratoire d’alchimie. Gravée en 1585 par Andrea Andreani (ill. 2) qui la dédie au grand duc, elle est citée dans un inventaire effectué après son décès en 1587, puis dans un nouvel inventaire en 1621 avant qu’on ne perde sa trace jusqu’à sa réapparition en 1767 dans une exposition organisée par l’Académie de Saint-Luc à l’église SS. Annunziata de Florence. Elle appartient alors à la collection du comte Agnolo Galli Tassi. En 1863, elle fut léguée à l’Ospedale di Santa Maria Nuova par les descendants du comte, puis vendue en 1865. On perd alors à nouveau sa trace. Ce n’est que très récemment qu’elle fut retrouvée et acquise en Allemagne par Jean-Luc Baroni.


JPEG - 275.4 ko
2. Andrea Andreani (1588/89-1620)
d’après Jacopo Ligozzi (vers 1547-1627)
L’Amour défendant la Vertu
contre l’Ignorance et le Préjugé
, 1585
Bois gravé
Zurich, Graphische Sammlung der ETH
Photo : Graphische Sammlung Zurich

Pour en savoir davantage sur son iconographie complexe et sur la manière dont Ligozzi utilise ce tableau pour montrer son habileté dans la peinture de fleurs, nous renvoyons au catalogue publié par Jean-Luc Baroni et écrit par Martin Hirschboek, disponible en ligne, où nous avons emprunté les principales informations de cette brève.
Le musée des Offices, qui ne dispose que de très peu de crédits d’acquisition, s’enrichit ainsi grâce à ce don d’une œuvre capitale pour la peinture et l’histoire florentine. Celle-ci devrait être exposée dans ses salles à partir de la fin du mois de février.


Didier Rykner, dimanche 1er février 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Vol d’un tableau au Musée Paul Dini

Article suivant dans Brèves : Un portrait de femme par Adèle Romany rejoint son pendant à Boston