Une esquisse de Vincent redécouverte dans une petite vente en province


JPEG - 45.1 ko
1. François-André Vincent (1746)1816)
Guillaume Tell et Gessler, vers 1795
Huile sur toile - 52 x 65,5 cm
Vendu aux enchères le 24 mai 2014
Photo : D. R. (domaine public)

24/5/14 - Découverte - François-André Vincent - Nous avions identifié l’œuvre en la voyant sur le site Interenchères, mais nous n’avons pas été le seul. Une esquisse inédite de François-André Vincent, qui passait aux enchères aujourd’hui samedi 24 mai dans une ville du sud-ouest de la France attribuée à l’École français du XIXe siècle et estimée 300 € (!), a été vendue pour un prix très conséquent1.

L’œuvre est préparatoire à Guillaume Tell et Gessler (ill. 2) un très grand tableau conservé au Musée des Augustins. Il fut présenté au Salon de 1795 (« Guillaume Tell renversant la barque sur laquelle le gouverneur Guesler traversait le lac de Lucerne »), puis acquis par le gouvernement et enfin donné par le Directoire à Toulouse en 1799.


JPEG - 124.8 ko
2. François-André Vincent (1746)1816)
Guillaume Tell et Gessler, 1795
Huile sur toile - 325 x 423 cm
Toulouse, Musée des Augustins
Photo : Musée des Augustins
JPEG - 82.4 ko
3. François-André Vincent (1746)1816)
Guillaume Tell et Gessler, 1795 ?
Huile sur toile - 65 x 77,5 cm
Guéret, Musée municipal
Photo : Musée municipal de Guéret

Jean-Pierre Cuzin, dans sa récente monographie, ne répertoriait qu’une esquisse d’ensemble, conservée au musée municipal de Guéret (ill. 3), à la composition presque identique au tableau final, et deux études de détail, l’une perdue et l’autre (ill. 4) achetée par Toulouse en 2009 auprès de la galerie Arnaud Charvet (nous n’avions pas eu connaissance de cette acquisition et nous en profitons donc pour la signaler ici).


JPEG - 163.9 ko
4. François-André Vincent (1746)1816)
Gesseler, étude pour Guillaume Tell et Gessler, 1795 ?
Huile sur toile - 24,5 x 32,5 cm
Toulouse, Musée des Augustins
Photo : Musée des Augustins

Si l’esquisse de Guéret est d’une composition pratiquement identique au tableau final, ce qui laisse penser qu’il s’agit d’un modello, celle qui vient de passer en vente témoigne d’un état antérieur où, si les grandes lignes de celle-ci sont déjà en place, Gessler combat toujours, l’épée à la main. Dans l’étude partielle de Toulouse, il tient encore l’épée mais bascule déjà en arrière, alors que l’œuvre définitive le montre alors qu’il a déjà perdu son arme. Le paysage présente également de nombreuses différences : les montagnes sont plus présentes et la simple tempête se transforme en violent orage avec des effets de pluie et de lumière accentués par ce qui ressemble à des feux de forêt allumés par la foudre.
L’œuvre nouvellement réapparue témoigne de la manière dont Vincent a élaboré cette grande toile, allant vers une dramatisation plus importante de la scène. Comme le dit Jean-Pierre Cuzin, il « préfigur[e], d’une certaine façon les compositions ardentes et savamment déséquilibrées des peintres de la génération romantique ».


Didier Rykner, samedi 24 mai 2014


Notes

1Nous ne donnerons ici ni le nom de la ville où a eu lieu la vente, ni le prix d’adjudication, ne voulant pas empêcher l’heureux acheteur, au cas où il s’agirait d’un marchand, de profiter de sa découverte.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La Glasgow School of Art de Rennie Mackintosh en partie détruite par un incendie

Article suivant dans Brèves : Le Musée de Picardie achète un tableau d’Alexandre Colin