Une cire de Henry Cros achetée par Orsay


JPEG - 243.1 ko
Henry Cros (1840-1907)
La Belle Viole, 1874
Cire polychrome et rehauts de peinture à l’huile - D. 26 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Galerie Mathieu Néouze

16/7/15 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - Le sculpteur Henry Cros, frère du poète Charles Cros, est essentiellement connu pour ses œuvres polychromes, qu’elles soit en cire ou en pâte de verre.
Le Musée d’Orsay a récemment acquis lors d’une exposition organisée par Mathieu Néouze et Éric Gillis dans la galerie du premier à Paris, un beau médaillon en cire représentant, dans un style néo-renaissant, une joueuse de viole. Le titre, La Belle Viole, est inscrit sur l’œuvre. Celle-ci, inspirée par un recueil de sonnets de Joachim du Bellay écrit en 1549-1550, représente sans doute l’épouse de José Maria de Heredia à qui elle fut offerte. Celui-ci, en remerciement, composa en 1888 un poème intitulé à son tour La Belle Viole, publié en 1893 dans La Revue des Deux Mondes puis dans le volume Les Trophées.

Il existait deux autres versions de cette œuvre, des répliques plus tardives et deux fois plus petites. L’une est conservée en collection particulière, tandis que la seconde, déposée en 1860 par le Louvre au Musée de Narbonne a été détruite en 1995 ! Exposée dans une vitrine en plein soleil, elle avait tout simplement fondu1...
Ce médaillon vient compléter la collection d’œuvres de Cros, déjà bien fournie, et qui comporte déjà le buste d’Isabeau de Bavières qui fut offert à l’épouse de José Maria de Herédia. Le Petit Palais, à Paris, possède également un ensemble conséquent d’œuvres de cet artiste (voir la brève du 25/3/09).


Didier Rykner, jeudi 16 juillet 2015


Notes

1Tout ceci est expliqué dans les dossiers de la documentation d’Orsay, mais l’œuvre n’est plus répertoriée dans la base de données des collections disponible sur Internet. Pourtant, les responsables actuels n’y sont pour rien...





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Restauration de deux tableaux par Delaroche et Schnetz, grâce au mécénat de galeries

Article suivant dans Brèves : Lille : redécouverte et restauration d’une cheminée en céramique de Mikhaïl Vroubel