Une bonne nouvelle : l’autorisation de photographier à la National Gallery Contenu abonnés


JPEG - 239.5 ko
1. Lorenzo Lotto (1480-1557)
Christ portant sa croix, 1526
Huile sur toile - 66 x 60 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner 15/8/14
(prise avec un Iphone 5c puis redressée avec Gimp)
Voir l'image dans sa page

Les musées autorisant les photographies viennent d’être rejoints par la National Gallery de Londres qui, jusqu’à aujourd’hui, les prohibait strictement.
Certains historiens de l’art et amoureux des musées déplorent cette évolution. Qu’ils soient probablement minoritaires n’est pas une raison pour ne pas examiner leurs arguments, surtout quand parmi eux on trouve des personnalités aussi respectables et intéressantes que Michael Savage, l’un des meilleurs blogueurs dans le domaine sur son site Grumpy Art Historian, celui que nous vous recommandons en priorité (pour les anglophones) avec Art History News de Bendor Grosvenor. Ce dernier, en revanche, est comme nous un ferme partisan de l’autorisation de photographier.

Pour écrire cet article, je me suis rendu un 15 août au Musée du Louvre afin de vérifier si je pouvais tranquillement ou non regarder certaines œuvres ou si j’étais dérangé par les photographes. On peut difficilement imaginer un musée plus fréquenté que le Louvre un quinze août. Le principal argument des anti-photos est qu’ils seraient systématiquement gênés par les autres visiteurs qui ne respecteraient pas ceux qui viennent seulement contempler, ce qui en effet est le premier rôle d’un musée. Et bien, en deux heures, je n’ai pas été dérangé une seule fois par un photographe et je suis pourtant passé par les lieux les plus fréquentés1. Ou plutôt si : admirant une des deux fresques de Sandro Botticelli, j’ai vu une touriste venir photographier la partie que je ne regardais pas. J’ai dû attendre exactement vingt secondes qu’elle ait terminé pour pouvoir regarder de près l’autre côté de l’œuvre. La belle affaire. J’ai même pu, dans la salle de la Joconde, passer le temps que je voulais devant le sublime Christ portant sa croix de Lorenzo…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Dites non au massacre des Serres d’Auteuil à l’occasion de l’enquête publique

Article suivant dans Éditorial : Bon débarras !