Un Nicolas Tournier acquis par la Fondation Bemberg à Toulouse


JPEG - 83.2 ko
Nicolas Tournier (1590-1639)
Paysanne portant des fruits, vers 1630
Huile sur toile - 91,5 x 73,5 cm
Toulouse, Fondation Bemberg
Photo : Fondation Bemberg

10/11/14 - Acquisition - Toulouse, Fondation Bemberg - Il y a un peu plus de dix ans, nous publiions un article sur les acquisitions de la Fondation Bemberg (voir la brève du 6/5/04). Depuis, ce musée qui a pris place dans le bel hôtel d’Assézat à Toulouse s’est fait discret. Aussi discret que son fondateur, Georges Bemberg, décédé à l’âge de 96 ans le 17 juillet 2011.

Trois ans après cette disparition, qui fut à nouveau l’occasion pour la fondation de s’enrichir de nouvelles œuvres qu’il lui a léguées1, la Fondation vient de montrer sa volonté de poursuivre l’enrichissement des collections en achetant un tableau de Nicolas Tournier La Paysanne portant des fruits par l’intermédiaire de la galerie Stair Sainty. L’œuvre, qui était encore conservée il y a peu avec son pendant, devait être acquise par la National Gallery de Washington2, représente également une paysanne, en rouge cette fois et portant un plat en céramique.

Il faut évidemment regretter que cette paire soit séparée. Mais l’achat [qui n’a finalement pas eu lieu, voir la note] par le musée américain témoigne indirectement de l’importance de l’œuvre de la Fondation Bemberg. On admirera, outre la beauté des étoffes aux coloris et au drapé subtil, la nature morte de fruits que tient le modèle dans sa blouse. Celle-ci fait évidemment penser à celles du Caravage, notamment à la corbeille que présente le jeune garçon de la galerie Borghese où l’on retrouve les mêmes pommes et raisins, peints dans une facture très proche.
Il est probable que ces tableaux, qui faisaient partie d’une collection toulousaine (celle de Jean de Cambolas) au moins dès le début du XVIIIe siècle comme l’indique une étiquette située au dos du châssis de La Paysanne, ont été peints en France plutôt qu’à Rome. On peut les dater des environs de 1630 alors que l’artiste revient en Languedoc en 1626 et s’installe à Toulouse en 1632. Selon Axel Hémery3, spécialiste de l’artiste et directeur du Musée des Augustins de Toulouse, « l’artiste a un style beaucoup plus sobre, beaucoup plus silencieux » que ce qu’il faisait à Rome.

Signalons enfin que la Fondation Bemberg, outre les acquisitions qu’elle souhaite développer, a également l’intention de mener une politique active d’expositions. La première sera inaugurée en juin 2015 et sera consacrée à la collection des majoliques italiennes de la Renaissance du Musée des Arts décoratifs de Lyon.


Didier Rykner, lundi 10 novembre 2014


Notes

1Nous reviendrons ultérieurement sur ce legs.

2Fort heureusement, cet achat n’a finalement pas eu lieu, et le tableau a finalement été acquis par la Fondation Bemberg (voir la brève du 27/11/15).

3Dans cette vidéo en ligne.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Manet pour le Getty. Des Monet, Manet, Cézanne, Degas, Picasso... pour le LACMA

Article suivant dans Brèves : Les nombreuses - et belles - acquisitions du Musée Granet