Contenu abonnés

Un buste de Papini acheté par l’État italien

3/5/22 - Acquisition - Florence, Palais Pitti - L’État italien a récemment acheté un marbre de Giacomo Giovanni Papini auprès de la Galleria dei Coronari à Rome. Ce buste de femme daté de 1875 est désormais visible au Palais Pitti, dans la Galerie d’Art moderne (ill. 1). Il est confronté à la Femme qui rit en terre cuite d’Adriano Cecioni, sculpteur et peintre florentin, membre du groupe des Macchiaoli, qui aurait influencé Papini (ill. 2). Ces deux bustes féminins ont des coiffures et des vêtements similaires, même si le châle croisé ou bien noué sous la poitrine est soigneusement détaillé dans le marbre, alors qu’il est seulement esquissé dans la terre cuite. Les deux femmes ont des traits individualisés, et leur posture obéit à cette même volonté d’introduire du mouvement grâce à leur tête tournée sur le côté. Néanmoins, la tonalité de chaque œuvre est différente : le modèle de Papini ne minaude pas, il a, au contraire, une certaine prestance, et s’éloigne de la tête de caractère pour se rapprocher davantage du portrait.


1. Giacomo Giovanni Papini
(actif dans le dernier tiers du XIXe siècle)
Buste de femme, 1875
Mabre - 75 x 35 x 55 cm
Florence, Palais Pitti
Galerie d’Art moderne
Photo : Galleria dei Coronari
Voir l´image dans sa page
2. Adriano Cecioni (1836 - 1886)
Femme qui rit, vers 1876 - 1878
Terre cuite - 51 cm
Florence, Palais Pitti
Galerie d’Art moderne
Photo : Palais Pitti
Voir l´image dans sa page

Ce marbre rejoint dans les collections une petite terre cuite de l’artiste, d’un tout autre genre, qui suggère la variété de son art : il s’agit d’une caricature du Chaste Joseph fuyant les avances de le femme de Putiphar (ill. 3). Adriano Cecioni conçut lui aussi des statuettes humoristiques, tel l’Enfant au coq, de 1879.


3. Giacomo Giovanni Papini
(actif dans le dernier tiers du XIXe siècle)
Le Chaste Joseph, 1882
Terre cuite - 30 x 23 cm
Florence, Palais Pitti
Galerie d’Art moderne

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.