Un tiers des monuments proposés par l’Etat seront transférés aux collectivités territoriales


27/7/06 - Politique culturelle - France - Renaud Donnedieu de Vabres se félicite, dans un communiqué, « du nombre et de la qualité de la majeure partie des demandes déposées » par des collectivités territoriales pour obtenir le transfert de propriétés de monuments historiques appartenant à l’Etat (voir la liste).
Nous avions à l’époque, c’est à dire il y a près de trois ans, parlé de cette affaire (éditorial du 17 novembre 2003) pour remarquer que la logique aurait voulu, s’il n’était pas question d’un désengagement du Ministère, que des monuments importants soient au contraire cédés à l’Etat. C’était, d’ailleurs, la conclusion de la commission Rémond.

Cette conclusion n’a, comme nous l’avions prévu, jamais été retenue ni même évoquée par le Ministre de la Culture. Celui-ci se réjouit aujourd’hui bruyamment que, sur les 176 bâtiments proposés, 65 soient revendiqués par les collectivités. Lorsqu’on regarde la liste, cela n’a strictement rien d’une victoire pour le Ministère qui en conservera l’essentiel. La commission Rémond avait pourtant travaillé a minima, ne sélectionnant en général que des monuments dont le transfert n’avait rien de scandaleux. Moins de 37% seront pourtant en définitive rétrocédés, ce qui constitue un échec patent pour ceux qui souhaiteraient accélérer encore davantage le désengagement de l’Etat dans une de ses fonctions régaliennes, l’entretien du patrimoine historique. Ceci d’autant (et le communiqué du Ministère le reconnaît honnêtement) que parmi cette liste, une grande partie concerne des portions d’ensembles n’appartenant déjà plus à l’Etat ou sont des monuments dont l’entretien est déjà assuré par les villes, les département ou les régions.

Remarquons par ailleurs que ni le Limousin (dont deux monuments étaient concernés), ni la Lorraine (six), ni les Pays de la Loire (deux) n’ont souhaité bénéficier d’un seul transfert, et que les deux bâtiments dont nous nous étonnions de la présence dans la liste, l’Hôtel Jacques-Cœur à Bourges et le château des Ducs d’Epernon à Cadillac resteront dans le giron de l’Etat. La liste définitive des monuments transférés devrait être publiée à la fin de l’année, après concertation du ministère avec les collectivités concernées.


Didier Rykner, jeudi 27 juillet 2006





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un portrait de James Watt par Thomas Lawrence pour le musée de Birmingham

Article suivant dans Brèves : Redécouverte des retables baroques catalans à Gérone