Un article du Monde revient sur l’église de Saint-Saturnin


JPEG - 96.6 ko
Maître-autel de Saint-Saturnin
Photo : C. B.

3/6/13 - Patrimoine - église de Saint-Saturnin - Un long article du Monde est revenu ce week-end sur une affaire que nous avions déjà évoquée le 30 juillet 2012 : la volonté du curé de Saint-Saturnin, en Auvergne, et de quelques paroissiens (dont Mme Hortefeux, mère de l’ancien ministre) de déplacer le maître-autel de l’église. Ou comment les effets du concile Vatican II, qui ont provoqué en France dans les années 60/70 un vandalisme révoltant dans un grand nombre d’édifices religieux, se font encore sentir.

Sur le fond, rien de nouveau, si ce n’est que la journaliste aurait pu signaler notre article qui n’a pas été pour rien dans la suspension, en septembre, de « tout projet d’aménagement intérieur de l’église ». Mais on découvre tout de même un aveu de taille : la table de communion (c’est-à-dire la grille entourant le chœur) dont nous expliquions ici que le curé d’alors l’avait sciée, a été en réalité supprimée en 1997 par une dizaine de personnes, dont d’ailleurs Mme Hortefeux. Celle-ci reconnaît aujourd’hui que « ce n’était pas tout à fait dans la légalité ». Doux euphémisme : c’était absolument illégal, même si cet acte est probablement aujourd’hui prescrit. Que cet acte délictueux n’ait donné lieu à aucune poursuite (ce qui confirme une fois de plus l’impunité dont bénéficient de nombreux vandales) est une chose. Qu’il puisse perdurer en est une autre. Non seulement l’autel ne doit pas être enlevé, mais la table de communion, encore conservée, doit être réinstallée !

English Version


Didier Rykner, lundi 3 juin 2013





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le troisième Festival de l’histoire de l’art a eu lieu ce week end à Fontainebleau

Article suivant dans Brèves : Cinq tableaux et trois dessins acquis par le Musée des Beaux-Arts de Rennes