Terre ciel. La sculpture en terre cuite du Maine, XVIe et XVIIe siècles Contenu abonnés


Yvre l’Evêque (Le Mans), Abbaye de l’Epau. Exposition terminée le 9 novembre 2003.

JPEG - 102.5 ko
1. Germain Pilon
Vierge à l’enfant (marbre)
Le Mans, église Notre-Dame de la Couture
Voir l'image dans sa page

La perfection, dit-on, n’est pas de ce monde. Sans doute les organisateurs de l’exposition Terre et ciel ont-ils été inspirés par leur sujet. Car elle est, sur tous les plans, parfaite : un lieu exceptionnel, des œuvres de haute qualité, mises en valeur par une muséographie discrète et parfaitement adaptée, un travail scientifique irréprochable et un catalogue remarquablement illustré qui fait le point sur plus de dix ans d’études.

Ceux qui auraient vu la déjà très belle exposition du Louvre (Belles et inconnues, Sculptures en terre cuite des ateliers du Maine, 2002) ne doivent pas hésiter à se rendre à Yvre l’Evêque, dans les faubourgs du Mans. Outre le plaisir de voir ces terres-cuites dans le cadre grandiose de l’abbaye de l’Epau, le contenu en est fort différent. Le nombre d’œuvres exposées est beaucoup plus important (plus du double) et le point de vue n’est pas le même, puisque l’on s’attache ici à distinguer les différents artistes qui se sont succédés de la fin du XVIe au début du XVIIIe siècle. Regroupant les sculptures selon des critères stylistiques, elle permet de comprendre l’évolution de cet art, ainsi que les rapports entre les différents ateliers comme ce qui les distingue. Elle fait ressortir la supériorité des trois grands créateurs de cette région, Gervais I Delabarre, Charles Hoyau et Pierre Biardeau, dont le travail n’est pas inférieur à celui des plus importants sculpteurs du siècle, français ou italiens.


JPEG - 113.4 ko
2. Matthieu Dionise
Saint Georges terrassant le dragon avec la princesse de Trébizonde
Saint-Georges-de-la-Couée, église Saint-Georges
Voir l'image dans sa page

L’apparition de la sculpture en terre cuite mancelle – qui s’étendit d’ailleurs bien au delà de cette région – semble avoir été catalysée par deux événements : la venue de sculpteurs italiens, qui furent présents en nombre dans la Vallée de la Loire au XVIe siècle, et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Lucien Jonas et le décor mural des années 30 à Paris

Article suivant dans Expositions : Baroque vision Jésuite, du Tintoret à Rubens