Tableaux (et sculptures) en vente à Paris


JPEG - 123 ko
1. Artemisia Gentileschi (1593-1654)
Sainte Marie-Madeleiene
Huile sur toile - 81 x 105 cm
Vente Sotheby’s Paris du 25/6/14
Photo : Sotheby’s Paris

23/6/14 – Marché de l’art – Paris – À Paris, le mois de juin est souvent riche du point de vue des ventes aux enchères. Pour les tableaux anciens, la vacation la plus importante aura lieu cette année chez Sotheby’s mercredi 26 juin, avec notamment un important tableau d’Artemisia Gentileschi représentant Sainte Marie-Madeleine et provenant d’une collection particulière du sud de la France (ill. 1).

Cette vacation propose de nombreuses toiles que l’on aimerait voir rejoindre des collections françaises. Ainsi, d’un élève de Joseph Vernet, Louis-Philippe Crépin, on verra Le combat du « Lys » et de la « Gloire » contre le « Cumberland » (ill. 2), une bataille navale qui se déroula en octobre 1707 lors de la guerre de Succession d’Espagne. L’œuvre frappe par sa composition : le point de vue montre les poupes de deux des navires ennemis après l’abordage alors qu’ils s’envoient des bordées de canon, tandis que le second navire français (la « Gloire ») arrive sur la gauche, le premier plan étant occupé par une barge que traine le « Cumberland ». On retient aussi l’épisode qui se déroule sur ce dernier bateau où le contre-maître du Lys, qui a réussi à couper le pavillon ennemi, se précipite vers l’eau, poursuivi par ses ennemis. Celui-ci semble marcher dans le vide dans une attitude très élégante !
Ce tableau fut présenté au Salon de 1827 contrairement à un second, également en vente, montrant aussi une scène d’abordage. Les dimensions et les sujets se répondant, les cadres et les étant les mêmes, il semble pourtant probable qu’il s’agisse de pendants que l’artiste a sans doute réalisés à quelques temps de distance. Il est ainsi dommage qu’ils soient présentés en deux lots différents et il faut espérer qu’ils seront acquis par le même collectionneur, ou le même musée.


JPEG - 136.8 ko
2. Louis-Philippe Crépin (1772-1851)
Le combat du « Lys » et de la « Gloire »
contre le « Cumberland »
, 1827
Huile sur toile – 146,5 x 114 cm
Vente Sotheby’s Paris du 25/6/14
Photo : Sotheby’s

Dans cette même vente, on signalera parmi beaucoup d’autres un tableau attribué à Laurent de La Hyre, Saint Michel terrassant le dragon, connu par une estampe inversée portant la lettre « La Hyre ». S’agit-il d’une œuvre de cet artiste ou plutôt d’un membre de sa famille (par exemple son frère, Louis de la Hyre) ? La première hypothèse, que beaucoup ne retiennent pas, nous semble probable. Beaucoup d’autres tableaux français retiennent l’attention comme un petit Saint Jean-Baptiste de Jean Tassel, et plusieurs esquisses du XVIIIe siècle français par Pierre, Subleyras, Vincent…


JPEG - 63.9 ko
3. Camillo Pacetti (1758-1826)
Napoléon inspirant l’Italie et la faisant
renaître à de plus grandes destinées
, vers 1806-1807
Terre cuite – H. 64 cm
Ventes Christie’s Paris du 23/6/14
Photo : Christie’s
JPEG - 47.6 ko
4. Antoine Etex (1808-1888)
Châteaubriand assis auprès du Grand Bé
médite ses Mémoires d’Outre-Tombe
, 1847
Panneau – 52 x 60,5 cm
Vente Tajan du 25/6/14
Photo : Tajan

Christie’s, si elle ne présente pas ce mois-ci de tableaux anciens, a privilégié la sculpture dans une vente qui se déroulera aujourd’hui 23 juin. De celle-ci, on retiendra une terre cuite allégorique néoclassique de l’italien Camillo Pacetti représentant Napoléon inspirant l’Italie (ill. 3), préparatoire à un monument en marbre exécuté en 1806 et fortement inspirée par l’art d’Antonio Canova.
Chez Tajan enfin, le 25 juin, on pourra voir un étonnant tableau d’Antoine Etex, davantage connu comme sculpteur, montrant Chateaubriand méditant ses mémoires d’outre-tombe (ill. 4). Il ne s’agit pas comme on pourrait le penser d’un portrait posthume : l’œuvre fut peinte un an avant la mort de l’écrivain. L’estimation modeste (Etex, il est vrai, est meilleur sculpteur que peintre) peut laisser espérer que cette toile historiquement importante finira dans un musée français.


Didier Rykner, lundi 23 juin 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Delaware Art Museum vend une œuvre

Article suivant dans Brèves : Le Lion au serpent de Barye enfin de retour dans son square