San Matteo : une ruine baroque à Scicli


Cet article et cette vidéo sont réservés aux abonnés.

JPEG - 208.9 ko
L’église San Matteo, qui surplombe la ville de Scicli
Photo : Didier Rykner

Le tremblement de terre de 1693, survenu dans le sud-est de la Sicile, et qui détruisit une grande partie de cette région, eut une conséquence inédite : la construction, en quelques années, de certaines des plus belles villes baroques du monde. Si Noto est la plus fameuse (mais pourtant pas la plus intéressante), si Raguse, l’une des plus belles, devient de plus en plus connue, d’autres telles que Modica ou Scicli sont encore largement épargnées par le tourisme de masse.

Les huit villes reconstruites après 16931 dans la région appelée Val-de-Noto ont reçu en 2002 le label Patrimoine mondial donné par l’UNESCO. Bien qu’elle n’impose légalement aucune contrainte, cette qualification entraîne parfois des conséquences positives. Par rapport au reste de la Sicile, cette région est incontestablement plus propre et ses monuments sont mieux entretenus, à l’exception notable de Catane, une ville qui possède pourtant beaucoup de monuments majeurs.
Autre exception, dans la cité de Scicli : l’église San Matteo, qui la domine, avait pourtant une réelle importance puisqu’elle fut le Duomo de la ville jusqu’en 1874, date à laquelle elle fut laissée à l’abandon. Devenue une ruine, une restauration malheureuse dans les années 80 lui a redonné une couverture mais celle-ci, en ciment, a mis en péril la stabilité du monument. Le petit film que nous publions ici reflète son état à l’été 2012. Incontestablement, comme certaines ruines plus anciennes, cette église possède un charme extraordinaire que rehausse son emplacement escarpé et la vue que l’on a sur la ville (de cette dernière, la vision de San Matteo est également très spectaculaire - ill.).




En septembre 2012, peu de temps donc après notre visite, un chantier de restauration et de consolidation a été lancé, qui se terminera en 2014. Celui-ci est fort bien venu : il aurait été criminel de laisser se dégrader encore davantage un tel monument, surtout dans une ville classée au Patrimoine mondial. Ce label a finalement, malgré ses lacunes - on songe à la situation actuelle de Pompei, un réel intérêt.


Didier Rykner, samedi 17 août 2013


Notes

1Noto, Raguse, Catane, Scicli, Modica, Caltagirone, Militello Val di Catania, Palazzolo.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Itinéraires : Itinéraires texans (3) : Fair Park, un ensemble architectural Art Déco à Dallas

Article suivant dans Itinéraires : La galerie de Luca Giordano au Palazzo Medici Riccardi