Saint-Bruno : une église baroque à Bordeaux Contenu abonnés


Cet article et cette vidéo sont réservés uniquement aux abonnés de La Tribune de l’Art

JPEG - 274.2 ko
1. Église Saint-Bruno de Bordeaux
Photo : Didier Rykner

Le quartier de Mériadeck à Bordeaux, avec son architecture des années 60 qui ressemble à ce qui s’est construit de pire dans la banlieue parisienne, est l’un des plus laids que l’on puisse voir aujourd’hui dans une ville française. Aucun touriste n’a envie de s’y aventurer et peut-être est-ce l’une des raisons pour laquelle l’église Saint-Bruno (ill. 1) qui se trouve à sa périphérie, un peu à l’écart du centre-ville, est délaissée par les visiteurs. Parmi les Bordelais même, elle a mauvaise réputation car elle jouxte également le cimetière. L’église des Chartreux est donc souvent celle où l’on célèbre les obsèques, ce qui ne contribue pas à sa popularité.



Contenu restreint

Cette vidéo est d’accès restreint aux abonnés. Vous pouvez vous abonner ici.


JPEG - 173.4 ko
2. Chœur de l’église Saint-Bruno
Photo : Didier Rykner

Et pourtant, cet édifice religieux construit par le cardinal de Sourdis dans le premier quart du XVIIe siècle, qui demeure le seul vestige du monastère des Chartreux, est sans doute l’un des plus intéressants de la ville et l’un des plus beaux exemples de l’art baroque conservés en France.
Son architecture, notamment sa façade, est inspirée des constructions romaines. La nef est entièrement peinte d’une architecture en trompe-l’œil, exécutée vers 1771-1772 par un artiste italien originaire de Lombardie, Giovanni Antonio Berinzago1. Ce décor, en partie repeint au XIXe et restauré il y a une dizaine d’années, est manifestement inspiré par ceux que réalisait Andrea Pozzo un siècle plus tôt.
Mais malgré la qualité de ces peintures murales, le principal attrait de l’église reste son chœur (ill. 2). L’imposant décor sculpté est en effet dominé par une Annonciation en marbre (ill. 3) que le cardinal de Sourdis, lors de son séjour romain, commanda à Pietro Bernini. Celui-ci fut sans doute aidé par son fils Gian Lorenzo, mais l’attribution de l’ange à ce dernier seul que l’on trouve indiquée…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Itinéraires : La galerie de Luca Giordano au Palazzo Medici Riccardi

Article suivant dans Itinéraires : Guide interactif de l’église Saint-Louis-des-Français à Rome