Restauration d’un décor d’église du XIXe par une petite commune du Rhône


31/8/14 - Restauration - Valsonne, église Saint-Romain - L’église Saint-Romain de Valsonne, dans le Rhône, a été construite en style néo-gothique entre 1857 et 1879 par l’architecte lyonnais Tony Dejardins. L’ensemble de l’intérieur est décoré de vitraux et de peintures murales. Celles du chœur ont déjà été restaurées en 2006 (ill. 1), tandis que le chemin de croix qui orne la nef (ill. 2) vient de faire à son tour, au printemps 2014, l’objet d’une campagne de restauration1. Le site de la Direction Régionale de Rhône-Alpes a publié sur cette restauration un article de Catherine Guillot auquel nous renvoyons le lecteur2.


JPEG - 267.9 ko
1. Vue du chœur de l’église de Valsonne
Photo : Gilles Perréal (CC BY SA 3.0)
JPEG - 118.1 ko
2. Raphaël Corazza (actif à la fin du XIXe siècle)
Quatre stations du chemin de Croix, 1896
Peinture murale à l’huile
Valsonne, église Saint-Romain
Photo : Jean-Marie Reffié

Bien que l’artiste ait signé son œuvre, on ne connaît absolument rien de lui, ni sa formation, ni ses autres réalisations, ni même sa date de naissance et de mort. Son nom, Raphaël Corazza, de consonance italienne fait penser à un peintre venu d’outre-monts mais même cela n’est pas certain. Le décor datant de 1896 et son autoportrait montrant un homme semblant âgé d’environ 50 ans, sa date de naissance peut être située approximativement aux alentours des années 1840-1850 mais cela reste très hypothétique. Le style reste plutôt naïf mais certaines scènes sont néanmoins assez impressionnantes, comme la Jésus meurt sur la Croix (ill. 3) ou Le Purgatoire (ill. 4), un sujet plutôt original dans un chemin de Croix.


JPEG - 156 ko
3. Raphaël Corazza (actif à la fin du XIXe siècle)
Le Christ meurt sur la croix, 1896
Peinture murale à l’huile
Après retauration
Valsonne, église Saint-Romain
Photo : Jean-Marie Reffié
JPEG - 121.4 ko
4. Raphaël Corazza (actif à la fin du XIXe siècle)
Le Purgatoire et l’Invite au chemin de croix, 1896
Peinture murale à l’huile
Après restauration
Valsonne, église Saint-Romain
Photo : Jean-Marie Reffié

Comme on peut le lire dans le rapport du dossier de protection monument historique, cité par Catherine Guillot, le décor de l’église constitue un « ensemble exceptionnel, complet et cohérent » qui témoigne « d’un véritable cathéchisme peint, un exemple de ce que pourrait être l’enseignement de la religion par l’image pour une petite communauté rurale à la fin du XIXe siècle. Il s’agit donc là d’un témoignage précieux de l’esprit religieux de cette époque » ce qui a justifié pleinement sa protection et aujourd’hui sa restauration. Celle-ci était assez urgente si l’on en croit les photographies publiées avant et après (ill. 5 et 6), des infiltrations ayant en partie ruiné les peintures du bas-côté nord.


JPEG - 56.5 ko
5. Raphaël Corazza (actif à la fin du XIXe siècle)
Le Purgatoire et l’Invite au chemin de croix, 1896
Avant restauration
Peinture murale à l’huile
Valsonne, église Saint-Romain
Photo : Cécile Graven/Société Pictura.
JPEG - 55.8 ko
2. Raphaël Corazza (actif à la fin du XIXe siècle)
Deux stations du chemin de croix, 1896
Avant restauration (début 2014)
Peinture murale à l’huile
Valsonne, église Saint-Romain
Photo : CRMH/Drac-Rhône-Alpes

Alors que certaines grandes villes laissent dépérir les décors de leurs églises, souvent réalisés par des artistes d’une toute autre ampleur que Raphaël Corazza, alors que des villes vont jusqu’à les détruire, certains villages disposant forcément de moyens réduits décident au contraire de prendre soin de leur patrimoine. Voici donc l’exemple à méditer d’une commune de 600 habitants qui restaure - avec l’aide de la DRAC - un décor entier d’une église du XIXe siècle3, quand Paris, avec ses 2 250 000 habitants, est incapable d’entretenir une centaine d’édifices religieux...


Didier Rykner, dimanche 31 août 2014


Notes

1Par ARCOA (Atelier de restauration et conservation d’objets d’art, restaurateurs Pascale Grout et Erik Mikula).

2L’essentiel de nos informations sont tirées de cet article, nous n’avons pas personnellement visité l’église.

3Remarquons cependant que ce village s’apprête à installer sur son territoire un parc éolien, ce qui est nettement moins exemplaire pour le patrimoine.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Souscription pour le manuscrit des Douze Césars

Article suivant dans Brèves : Une souscription pour sauver le Wedgwood Museum