Préemption d’une Marine d’Henry d’Arles par le Musée des Beaux-Arts de Marseille


10/11/17 - Acquisition - Marseille, Musée des Beaux-Arts - Né à Arles en 1734, Jean Henry fut élève à Marseille de Jean-Joseph Kapeller à l’Académie de peinture et de sculpture qu’il avait créée en 1753 sur le modèle de l’institution parisienne. Il devint ensuite, toujours à Marseille, le collaborateur de Joseph Vernet qui était venu peindre le port. Son art s’inspire fortement de ce dernier, mais aussi parfois d’Hubert Robert comme en témoigne par exemple Magasin de blé sur les bords du Tibre du Musée de Carcassonne. S’il travailla essentiellement à Marseille après un séjour de deux ans à Rome, il est mieux connu sous le surnom d’Henry d’Arles.


JPEG - 339.3 ko
1. Jean Henry, dit Henry d’Arles (1734-1784)
Lever de lune sur un port méditerranéen
Huile sur toile - 85 x 120 cm
Préempté par le Musée des Beaux-Arts de Marseille
Photo : SVV Leclère
Voir l'image dans sa page
JPEG - 393 ko
2. Reçu par Henry d’Arles de la vente du tableau
à Borély fils
Photo : Luc Georget
Voir l'image dans sa page

La très belle exposition Marseille au XVIIIe siècle organisée par le Musée des Beaux-Arts en 2016, que nous avions vue sans malheureusement écrire d’article, mettait en valeur cet artiste qui fait partie d’une véritable école de peinture de marines parmi laquelle on compte également Lacroix de Marseille et Philippe Rey. Ce même musée a préempté hier 8 novembre, pour 22 100 € (frais compris), une très belle marine d’Henry d’Arles (ill. 1). Cette œuvre, vendue sous le titre Lever de lune sur un port méditerranéen, est une nocturne très proche de celles de Vernet. Le temps est calme mais nuageux, et la peinture est uniquement peinte dans un camaïeu de bleu gris particulièrement subtil.


JPEG - 386.5 ko
3. Jean Henry, dit Henry d’Arles (1734-1784)
Tempête
Huile sur toile - 77 x 103 cm
Marseille, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Marseille
Voir l'image dans sa page

Daté de 1777, ce tableau a d’autant plus sa place à Marseille qu’il provient de la collection de Louis-Joseph-Denis Borély comme en témoigne l’attestation de paiement au peintre de 480 livres dont le conservateur Luc Georget nous a aimablement communiqué l’image (ill. 2). Celui-ci nous a également signalé que, d’après le livre de raison de Joseph Vernet, on sait qu’en 1772 les Borély souhaitaient déjà confier à Henry d’Arles l’exécution de six tableaux de grandes dimensions. La toile nouvellement acquise avait été revendue avant les années 1820-1830 et ne put donc pas intégrer les collections du musée lors de son acquisition par la ville.


JPEG - 387.1 ko
4. Jean Henry, dit Henry d’Arles (1734-1784)
Pan et Syrinx
Huile sur toile - 39,1 x 49,5 cm
Marseille, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Marseille
Voir l'image dans sa page
JPEG - 353 ko
5. Jean Henry, dit Henry d’Arles (1734-1784)
Léda et le Cygne
Huile sur toile - 38,9 x 49,4 cm
Marseille, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Marseille
Voir l'image dans sa page

Le musée marseillais possédait déjà trois œuvres d’Henry d’Arles : une autre Marine qui représente une scène diurne, de naufrage en pleine tempête (ill. 3), et deux petits paysages mythologiques, genre dans lequel l’artiste s’est également illustré (ill. 4 et 5).


Didier Rykner, vendredi 10 novembre 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Huit tableaux volés dans une église à Dieppe

Article suivant dans Brèves : Soixante dessins de Massimiliano Soldani exposés chez Nicolas Schwed

Publicité Artcurial octobre 2017
Publicité Annonce Nobile novembre 2017
Publicité Tous mécènes !
Publicité Le Serbon novembre 2017