Pétition


Le Monde d’hier, daté du 13 décembre 2006, a publié un texte, Les musées ne sont pas à vendre, signé par Françoise Cachin, Jean Clair et Roland Recht, dénonçant les récentes dérives des musées français, et du Louvre en particulier.

Les auteurs y parlent de l’opération du Louvre à Atlanta en soulignant que « sur le plan moral, l’utilisation commerciale et médiatique des chefs-d’œuvre du patrimoine national, fondements de l’histoire de notre culture et que la République se doit de montrer et de préserver pour les générations futures, ne peut que choquer ». Ils s’inquiètent surtout du projet d’Abou Dhabi : « Ce sont nos responsables politiques qui sont allés offrir ce cadeau royal et diplomatique. Contre près de 1 milliard d’euros... N’est-ce pas cela "vendre son âme" ? ».Ils soulignent – et ils sont bien placés pour le savoir – que « s’y opposent la plupart des conservateurs français, contraints à un devoir de réserve contestable sur des sujets qui sont pourtant l’essence de leur métier », ce que je n’ai cessé d’écrire. Ils concluent enfin : « Que l’on puisse rêver d’un monde où circuleraient librement les hommes et les biens de consommation est légitime. Mais les objets du patrimoine ne sont pas des biens de consommation, et préserver leur avenir, c’est garantir, pour demain, leur valeur universelle. »

De nombreux lecteurs m’ont écrit, depuis des mois, pour demander à La Tribune de l’Art de lancer une pétition pour protester contre les projets actuels de délocalisation des collections, que ce soit à Lens, à Atlanta, à Abu Dhabi, à Shangaï (Centre Pompidou) ou à Salvador de Bahia (Musée Rodin). Or, une pétition ne peut fonctionner que si elle s’appuie sur un nombre suffisant de signatures. Les conditions n’étaient pas réunies pour obtenir celles des conservateurs et autres fonctionnaires du ministère de la Culture.
Aujourd’hui, chacun peut se retrouver autour de cette prise de position due à trois historiens d’art prestigieux. Tous ont eu la responsabilité de grands musées et Françoise Cachin était encore récemment Directrice des Musées de France.

Je lance donc un appel à tous les lecteurs de La Tribune de l’Art d’accord avec ce texte de s’y associer et de demander à nos responsables politiques que l’on cesse de prendre les musées français, et le Louvre en particulier, pour un réservoir d’œuvres qu’on pourrait utiliser pour des raisons politiques, diplomatiques ou financières.

Merci d’envoyer un mail à l’adresse petition.musees@laposte.net. contenant le texte suivant (vous pouvez faire un copier-coller) :

« Je partage entièrement les opinions émises par Françoise Cachin, Jean Clair et Roland Recht dans l’article intitulé : « Les musées ne sont pas à vendre » paru dans Le Monde daté du 13 décembre 2006 et je souhaite que l’on maintienne l’intégrité des collections des musées français. »

et signé la manière suivante (qui rend la pétition plus facile à traiter) :

Nom prénom, Qualités, Ville

Vous pouvez préciser votre adresse. Seuls votre nom, prénom, votre ville et vos qualités apparaîtront sur la pétition.

La pétition peut également être diffusée sur papier (voir le document à imprimer).

P.S Le Journal des Arts paru vendredi 15 décembre publie un article très documenté et très inquiétant, sur le même sujet, sous la plume de Daphné Bétard et Sophie Flouquet (Vend musées contre pétrodollars). Elles signalent également la publication d’un rapport terrifiant dû à Maurice Levy, P.D.G de Publicis et Jean-Pierre Jouyet, chef du service de l’inspection générale des finances, où ces personnes préconisent sans vergogne la fin de l’inaliénabilité des œuvres des musées.
Vous pouvez lire ce rapport à cette adresse (pages 122 et 123). Il est, décidément, temps de réagir.

P.S. (bis) A lire également, sur le site paris-art.com (dédié à l’art contemporain), un excellent éditorial sur le même sujet.

Lire notre éditorial du 7 janvier 2007.

LISTE DES SIGNATAIRES

Le 3 mai 2009, nous avons préféré supprimer la liste des pétitionnaires. Celle-ci a dépassé largement le nombre de 5000, mais la pétition n’ayant plus d’objet, il semble inutile de laisser cette liste en ligne.


Didier Rykner, jeudi 14 décembre 2006




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Deaccessioning

Article suivant dans Éditorial : L’administrateur fait de l’histoire de l’art