Noël Dorville. Artiste en République Contenu abonnés


Beaune, Musée des Beaux-Arts, du 25 mars au 29 novembre 2015.

Ne désespérons jamais de la bonne volonté des musées (et de leur efficience finale !). Ainsi, à Beaune, après quelque soixante-dix années de mise à l’ombre, voici qu’une donation Dorville (entrée au musée en 1943) sort enfin d’un épais oubli pour trouver une juste gloire réparatrice. En témoigne une fine et incisive exposition qui associe les archives municipales et le Musée des Beaux-Arts superbement réinstallé depuis 2002 dans l’ancien siège de la maison de vin Calvet1– à Beaune, le vin est roi ! Ajoutons que c’est la première et la seule exposition Dorville depuis 1907 (l’artiste bénéficia alors d’une exposition monographique à Chalon-sur-Saône, ce qui explique la présence de quelques-unes de ses œuvres dans ce musée2). Aussi bien le présent catalogue au titre éclairant Noël Dorville. Artiste en République a-t-il l’avantage de nous procurer un suggestif aperçu3 concernant le Bourguignon Noël Dorville (1874-1938) (on a peu écrit à son sujet), prolifique dessinateur de presse (du Charivari à L’Illustration, la liste est impressionnante4) et véritable héraut de la vie politique – essentiellement parlementaire – et judiciaire de la IIIe République, son fonds d’atelier étant parvenu à la ville de Beaune en raison d’un geste on ne peut plus avisé de la veuve de l’artiste en 19435. Était de ce fait évitée une fâcheuse – et irrémédiable – dispersion, compte tenu de la capitale contribution de Dorville à l’étude politico-historique de ces années d’avant-guerre (Dorville s’intéresse largement à la période antérieure à 1914 puis à l’immédiate entre-deux-guerres). On comprendra que la présente exposition, si instructive soit-elle avec un efficace album-catalogue bien illustré et proposé à un prix fort modique – vive cet effort culturel ! – est aussi et plus encore le prétexte à un grand travail de classement et d’inventaire, accompagné bien sûr de numérisation qui porte sur des centaines d’œuvres et de documents très divers – œuvres graphiques, peintures pastels,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Splendeurs et misères. Images de la prostitution, 1850-1910

Article suivant dans Expositions : La Manufacture des Lumières. La sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution