Artistes en guerre. 1914-1918. 1939-1945 Contenu abonnés


Les Lucs-sur-Boulogne, Historial de Vendée, du 11 novembre 2015 au 6 mars 2016

Cul nu, en rang d’oignons, des hommes privés d’intimité, d’humanité, sont observés dans les latrines par un spectateur-voyeur auquel l’un d’eux adresse un regard égrillard. On sourit, à première vue, devant cette gouache d’Henry Simon, ou devant un autre dessin qui semble croquer des nudistes étalés sur la plage ; et puis l’on se rend compte qu’il évoque, en réalité, la désinfection dans un camp de prisonniers à Hohenstein en 1941. Autant de scènes teintées d’humour noir qu’on peut difficilement qualifier de pittoresques (ill. 1 et 2).


JPEG - 176.1 ko
1. Henry Simon (1910-1987)
Les Latrines, 1941
Gouache
Collection particulière
Photo : bbsg
JPEG - 123.9 ko
2. Henry Simon (1910-1987)
La Désinfection, Hohenstein 1941
Lavis
Collection particulière
Photo : bbsg

Maurice de La Pintière illustre les même thèmes, mais le ton est à la fois moins cynique et plus violent (ill. 3). Cet artiste déporté à Buchenwald, puis à Dora, réalisa sur place une série d’esquisses avec une économie de traits et de couleurs qui ne montre que mieux l’horreur des camps. Elles donneront naissance à des planches pour l’album Sous la griffe de la bête, bien loin de ses dessins de jeunesse, caricatures humoristiques d’Hitler, Staline, Mussolini dont la légèreté se retrouve un peu, étonnamment, dans les fresques qu’il réalisa à Dora : un kapo de la désinfection lui fit en effet décorer sa baraque ; sur les murs, il déclina un personnage qui se lave et revêt un habit de bagnard, il a les traits de Simplet, le nain souriant de Blanche-Neige, souvenir du dessin animé de Disney projeté en France en 1938.

JPEG - 52.7 ko
3. Maurice de La Pintière (1920-2006)
La Désinfection
Encire de chine et aquarelle
Collection particulière
Photo : bbsg

En cette année anniversaire pour les deux grandes guerres du XXe siècle, l’Historial de la Vendée expose dix-neuf artistes qui ont vécu l’un ou l’autre conflit, voire les deux. Tous sont vendéens, ou presque ; Auguste Lepère (1849-1918), graveur et illustrateur, est certes né à Paris, mais s’installa en…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Fragonard amoureux. Galant et libertin

Article suivant dans Expositions : Joie de vivre