Ne mettons pas les tableaux sous verre (suite) Contenu abonnés


JPEG - 103.6 ko
1. Deux tableaux Études de main pour l’Apothéose d’Homère
d’Ingres, à gauche, du Musée des Beaux-Arts de Lyon,
à droite du Louvre
Exposition « Joseph Vitta à Évian »
Photo : D. Rykner
Voir l'image dans sa page

Il est de moins en moins difficile de repérer, dans les expositions en région, les œuvres prêtées par le Louvre. Celles-ci font en effet l’objet de mesures de précaution qu’on peut difficilement rater. Soit il s’agit d’une mise à distance, à l’aide d’un cordon ou d’une barrière de faible hauteur, qui est censée empêcher le visiteur de toucher l’œuvre par mégarde en la regardant de trop près (c’était le cas, par exemple, au Musée des Beaux-Arts de Rouen pour l’exposition dédiée à Delacroix et la Normandie l’année dernière dans le cadre de l’opération Le Temps des Collections),…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Paris est mal parti...

Article suivant dans Éditorial : Paris : et si Aurélie Filippetti faisait son travail ?