Ne demandez pas le programme ! Contenu abonnés


Le 19 janvier dernier, lors des vœux à la presse, le ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon a parlé du caractère « impérieux de [son combat] pour la diversité culturelle » et pour « [l’essaimage] des grandes institutions parisiennes [...] en région », de son souhait de créer une « antenne » décentralisée du Louvre, à l’image de celle du Centre Pompidou. Henri Loyrette, le directeur du musée du Louvre, qu’on a connu plus pugnace, à raison, face à son ministre de tutelle lorsqu’il s’appelait Catherine Tasca, s’empresse de lui donner satisfaction. Il s’est déplacé dans la région du Nord-Pas-de-Calais pour visiter les villes désirant accueillir cette antenne. Calais, Amiens, Lens et Arras ont déposé des dossiers de candidature.

Tout avance donc pour le mieux. La décision, qui n’est pas politique, sera prise après les élections régionales...

Un programme inexistant, ou introuvable.

Nous avons demandé au Louvre quel était le programme de cette « antenne ». Que va-t-on y voir ? Des objets sortis des réserves ? Un échantillon de tous les départements, avec des pièces majeures ? Des expositions tournantes ?

Le musée, un peu embarrassé, n’a pas souhaité répondre et nous a indiqué qu’il fallait s’adresser au cabinet du Ministre. Ce que nous avons fait. Celui-ci nous a réorienté vers... le Musée du Louvre et la Direction des Musées de France. La personne contactée à la DMF nous a dit ne pouvoir rien dire et nous a conseillé de nous retourner vers... le Musée du Louvre. Nous avons alors appelé l’administrateur général du Louvre dont le nom nous avait été donné par le cabinet du Ministre. Sa secrétaire nous a indiqué qu’il était en réunion, et qu’en tout état de cause il fallait qu’il se concerte avec le service de communication du musée, celui là même par lequel nous avions commencé notre investigation il y a une dizaine de jours*.
Nous avons également contacté le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais : on nous a répondu que celui-ci ne connaissait pas le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Comment parler du marché de l’art

Article suivant dans Éditorial : En 2007... où à la Trinité