Lettre ouverte à Monsieur le ministre de la Culture à propos de la protection du patrimoine mobilier des bâtiments publics Contenu abonnés


Monsieur le Ministre,

Notre pays conserve dans ses églises, ses hôpitaux, ses universités, ses collèges et dans de nombreux autres bâtiments publics un patrimoine historique et artistique important. Or, à l’exception des œuvres classées, de celles déposées par l’Etat ou des biens dits « immeubles par destination », c’est-à-dire qui font corps avec un monument classé, il n’existe pas de loi qui interdise formellement la vente de ce mobilier et de ces objets d’art. Au contraire, des procédures permettent, si elles sont respectées, de céder sur le marché des œuvres qui sont pourtant notre bien commun.

En effet, si ces objets sont théoriquement inaliénables, ils ne le sont pas en raison de leur intérêt historique ou artistique et parce que leur vente appauvrirait le patrimoine français,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Nouvelle formule

Article suivant dans Éditorial : Photographies interdites