Les remords d’Oreste de Hennequin accroché au Louvre Contenu abonnés


JPEG - 104.4 ko
1. Philippe-Auguste Hennequin (1762-1833)
Les remords d’Oreste
Huile sur toile - 356 x 515 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

11/11/10 - Accrochage - Paris, Musée du Louvre - Les expositions temporaires et les déplacements d’œuvres qu’ils occasionnent sont parfois l’occasion pour les conservateurs du Louvre de ressortir des réserves des tableaux que l’on n’avait pas vus depuis longtemps. Grâce à l’exposition sur le néoclassicisme qui ouvrira ses portes le 2 décembre1, on peut ainsi redécouvrir l’une des plus ambitieuses toiles de l’époque révolutionnaire, Les remords d’Oreste de Philippe-Auguste Hennequin (ill. 1), qui n’avait pas été montrée, sauf erreur, depuis plus de vingt ans et l’exposition consacrée à la Révolution Française au Grand…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un ter Brugghen et un cabinet Boulle pour le Fitzwilliam Museum

Article suivant dans Brèves : Les nouveaux statuts de Versailles publiés au Journal Officiel