Le premier salon Paris-Tableau a ouvert à Paris


JPEG - 101.8 ko
1. Merry-Joseph Blondel (1781-1853)
Vénus protégeant le corps d’Hector de la corruption
Huile sur toile - 27 x 21,5 cm
Madrid, galerie Caylus
Photo : Galerie Caylus

Le nouveau salon de la peinture ancienne, appelé Paris-Tableau, qui vient d’ouvrir ses portes dans le Palais de la Bourse, tient toutes ses promesses. Les visiteurs semblent impressionnés par la qualité de la mise en scène, sobre mais particulièrement réussie, et heureux de voir autant de tableaux réunis. Les exposants nous ont dit avoir vu beaucoup de monde et être très satisfaits de ce début de salon.

Qu’on ait, ou non, les moyens d’y acheter des tableaux, une visite de ce salon très spécialisé s’impose pour tous les amateurs. Nous y avons pioché ici ou là quelques œuvres qui ne constituent évidemment qu’un florilège. A notre habitude, nous ne choisissons pas uniquement des chefs-d’œuvre évidents, mais nous nous intéresserons aussi à des artistes rares ou à des découvertes amusantes pour les historiens de l’art.
C’est d’ailleurs par l’une d’entre elle que nous commencerons notre recension. Il s’agit d’une esquisse de Merry Joseph Blondel (ill. 1) présentée par la galerie Caylus. Le tableau définitif, qui se trouve aujourd’hui dans les réserves du Prado, provient d’une grande collection madrilène et avait été acquis par le musée il y a une quinzaine d’années. Celui-ci pensait alors qu’il s’agissait d’un François Gérard, une attribution qui fut rapidement abandonnée sans qu’un nom alternatif puisse être proposé. Ce n’est qu’à la redécouverte du monogramme de l’artiste que l’auteur a pu être identifié en toute certitude. Il est rare qu’une esquisse permette l’attribution d’un grand tableau. C’est, en général, plutôt l’inverse.


JPEG - 115.7 ko
2. Jacopo Bassano (vers 1510-1592)
Le Voyage de Jacob
Huile sur toile - 62,5 x 96 cm
Paris, Galerie Canesso
Photo : Galerie Canesso
JPEG - 79.2 ko
3. Massimo Stanzione (1585-1656)
Vierge à l’enfant
Huile sur toile - 127 x 100 cm
Londres, Charles Beddington Ltd
Photo : Charles Beddington Ltd

Mais, bien sûr, des tableaux beaucoup plus importants sont exposés. Si les primitifs italiens sont rares, à l’exception du stand de Giovanni Sarti qui est spécialisé dans ce domaine, on retiendra chez Maurizio Canesso, pour le XVIe siècle, une toile vénitienne très importante par Jacopo Bassano, Le Voyage de Jacob (ill. 2). Celle-ci rappelle à quel point le grand nombre de tableaux bassanesques présents sur le marché font parfois oublier combien le fondateur de la dynastie, Jacopo, est un immense artiste. Cette œuvre, outre sa qualité exceptionnelle, anticipe de plus d’un demi-siècle les créations de Giovanni Benedetto Castiglione.


JPEG - 93.7 ko
4. Pasquale Chiesa (actif jusqu’en 1652)
Saint Jérôme
Huile sur toile - 120 x 169 cm
Paris, galerie Jacques Leegenhoek
Photo : Galerie Jacques Leegenhoek
JPEG - 104.3 ko
5. Hendrick ter Brugghen (1588-1629)
Buveur
Huile sur toile
Milan et Rome, galleria Cesare Lampronti
Photo : Galleria Cesare Lampronti

Restons dans le domaine de la peinture italienne pour regarder quelques caravagesques. Parmi ceux-ci, outre une classique Vierge à l’enfant de Massimo Stanzione chez Beddington (ill. 3), on retiendra surtout galerie Jacques Leegenhoek un tableau à la composition particulièrement frappante et originale, due à un artiste oublié, Pasquale Chiesa (ill. 4). Celui-ci est peut-être originaire de Gênes mais on ne connaît pas sa date de naissance, pas davantage celle de sa disparition. On sait seulement qu’il est actif jusqu’en 1652.
Caravagesques toujours, les nordiques sont également présents avec un Buveur d’Hendrick ter Brugghen (ill. 5) proposé par la galerie italienne Cesare Lampronti et les français avec Nicolas Régnier dont la Jeune femme versant un pichet de vin (ill. 6), chez Bob Haboldt, est inédite. Notons que le maître de Régnier, Abraham Janssens, est représenté (galerie de Jonckheere) par un joli tableau figurant Les Eléments (ill. 7).


JPEG - 78.4 ko
6. Nicolas Régnier (vers 1590-1667)
Jeune femme versant un pichet de vin
Huile sur toile - 134 x 94,3 cm
Paris, galerie Bob Haboldt
Photo : Galerie Bob Haboldt
JPEG - 147.6 ko
7. Abraham Janssens (1575-1632)
Les quatre Eléments
Huile sur panneau - 50,4 x 64,4 cm
Paris, galerie de Jonckheere
Photo : Galerie de Jonckheere

Certains artistes sont proches des caravagesques sans pouvoir strictement être définis par ce qualificatif. C’est le cas notamment de Michael Sweerts dont un tableau complètement inédit est présenté par la galerie Talabardon & Gautier (ill. 8). Il est difficile de penser qu’une telle toile (ou une œuvre proche) n’ait pas été vue par Chardin tant la poésie qui s’en dégage et le traitement même semble proche de celui-ci.


JPEG - 77.6 ko
8. Michael Sweerts (1618-1664)
La Leçon de couture
Huile sur toile - 50,5 x 39,5 cm
Paris, galerie Talabardon & Gautier
Photo : Galerie Talabardon & Gautier
JPEG - 153.6 ko
9. Joachim Wtewael (1566-1638)
Mars et Vénus surpris par Vulcain, 1611
Huile sur cuivre - 38 x 52 cm
Londres, Derek Johns Ltd
Photo : Derek Johns Ltd

Parmi les peintures hollandaises du Salon, on retiendra également un précieux et typique cuivre maniériste de Joachim Wtewael, Mars et Vénus surpris par Vulcain (ill. 9). Il s’agit d’une version différente, dans un format horizontal, d’une composition verticale du même artiste représentant ce sujet et conservée au Getty, ainsi que celle d’un contemporain de Rembrandt, le rare Paulus Bor, représentant un Joueur de cor. Ce dernier tableau, qui a fait particulièrement sensation, a été vendu le soir même du vernissage par la galerie Jacques Leegenhoek.


JPEG - 117.9 ko
10. Cornelis Norbertus Gijsbrechts (actif entre 1657 et 1683)
Trompe-l’œil d’un placard vitré avec la porte ouverte, 1666
Amsterdam, Noortman
Photo : Noortman
JPEG - 52.4 ko
11. Anton van Dyck (1599-1641)
Portrait d’homme
Huile sur toile
Londres, gallery Mark Weiss
Photo : Gallrey Mark Weiss

Quant aux Flamands, outre le Sweerts et le Janssens, déjà cités, on signalera chez Noortman une trompe-l’œil très réussi (ill. 10) d’un artiste actif à Anvers, Cornelis Norbertus Gijsbrechts, qui représente, d’une manière très convaincante, une porte de placard ouverte, un Portrait d’homme de Van Dyck (ill. 11) visible chez Mark Weiss ou une esquisse de Rubens chez David Koetser (ill. 12)


JPEG - 147 ko
12. Pierre Paul Rubens (1577-1640)
Alexandre et Roxane
Huile sur panneau - 40 x 35,3 cm
Amsterdam et Zurich, David Koetser
Photo : David Koetser

Poursuivons notre parcours par l’Espagne, essentiellement représentée par la galerie Caylus de Madrid qui expose notamment un superbe Saint Jean-Baptiste de Claudio Coello (ill. 13) provenant probablement de l’église del Caballero de Gracia de Madrid.
Mais on signalera aussi, beaucoup plus ancien, un ravissant fragment de panneau appartenant à la galerie Giovanni Sarti représentant Les anges du Jugement dernier (ill. 14) peint aux alentours de 1500 par un artiste originaire de Pareja, dans la province de Guadalajara, Miguel Ximénez.


JPEG - 66.7 ko
13. Claudio Coello (1642-1693)
Saint Jean-Baptiste, 1665/1670
Huile sur toile - 157 x 100 cm
Madrid, galerie Caylus
Photo : Galerie Caylus
JPEG - 130.8 ko
14. Miguel Ximénez (documenté de 1462 à 1505)
Les Anges du Jugement dernier, vers 1500
Tempera et huile sur panneau - 83 x 60 cm
Paris, galerie G. Sarti
Photo : Galerie G. Sarti

Regardons maintenant quelques tableaux de paysage en commençant par des Vedute italiennes, l’une par Bernardo Bellotto (chez Lamponti), représentant la ville de Pirna, non loin de Dresde, où l’on voit au fond à droite la maison qu’habitait l’artiste (ill. 15), l’autre par son frère, Pietro Bellotti, nettement moins connu (et il est vrai moins doué) mais auteur d’une série de quatre toiles présentée par Charles Beddington, de fort belle facture. Celle que nous reproduisons est sans conteste la plus séduisante, avec les rayons du soleil qui percent les nuages (ill. 16).


JPEG - 134.4 ko
15. Bernardo Bellotto (1722-1780)
Vue de la place du marché à Pirna
Huile sur toile - 48,2 x 62,2 cm
Milan et Rome, galleria Cesare Lampronti
Photo : galleria Cesare Lampronti
JPEG - 91.2 ko
16. Pietro Bellotti (1725-vers 1800)
Le Grand Canal, avec l’église Santa Maria della Salute
Huile sur toile - 129,5 x 135,5 cm
Londres, Charles Beddington Ltd
Photo : Charles Beddington Ltd

Notre goût pour les artistes très peu connus nous incite à reproduire ici une œuvre d’Henry Ferguson, un hollandais qui fit une grande partie de sa carrière en Angleterre, mais aussi à Toulouse. Ces Nymphes au bain vues d’une grotte abritant un sarcophage antique (ill. 17), d’une grande poésie, sont présentées par la galerie Coatalem, ce qui nous amène tout doucement vers la peinture française en commençant par deux paysages, d’époques différentes.


JPEG - 133.8 ko
17. Henry Ferguson (1655-1730)
Nymphes au bain vues d’une grotte abritant un sarcophage antique
Huile sur toile - 59 x 77,5 cm
Paris, galerie Coatalem
Photo : Galerie Coatalem
JPEG - 130 ko
18. Henri Mauperché (1602-1686)
Paysage panoramique avec la fuite en Egypte, 1665
Huile sur toile - 91 x 71 cm
Paris, galerie Claude Vittet
Photo : Galerie Claude Vittet

Le premier est un Henri Mauperché (ill. 18) appartenant à la galerie Claude Vittet. Cet artiste assez rare est proche de Pierre Patel. On le reconnaît notamment par ses figures à la silhouette très caractéristique. Le second est également un paysage classique, mais beaucoup plus tardif, dû à Nicolas-Didier Boguet (ill. 19), particulièrement remarquable par sa qualité comme par ses dimensions impressionnantes. Il appartient à la galerie Jean-François Heim.


JPEG - 88.8 ko
19. Nicolas-Didier Boguet (1755-1839)
Chasseur au repos dans la campagne romaine, 1810
Huile sur toile - 160 x 112 cm
Paris, galerie Jean-François Heim
Photo : Galerie Jean-François Heim

Reprenons un parcours chronologique pour terminer cet article en commençant par un tondo représentant Le Christ portant sa croix de Jean Tassel (chez Bob Haboldt), dans une manière presque expressionniste (ill. 20). De la seconde moitié du XVIIe siècle, on pourra admirer galerie Aaron un Christ au jardin des Oliviers de Charles Le Brun (ill. 21), un sujet dont la spiritualité a toujours inspiré les peintres. Cette composition est connue par au moins deux autres versions dont l’une est conservée à l’Ermitage.


JPEG - 109.2 ko
20. Jean Tassel (vers 1608-1667)
Le Christ portant la croix
Huile sur panneau - D. 31,1 cm
Paris, galerie Bob Haboldt
Photo : Bob Haboldt
JPEG - 90.9 ko
21. Charles Le Brun (1619-1690)
Le Christ au jardin des Oliviers, vers 1655/1660
Huile sur toile - 58 x 64 cm
Paris, galerie Didier Aaron
Photo : Galerie Didier Aaron

Parmi les œuvre françaises du XVIIIe siècle, on retiendra celles de deux « petits maîtres » qui, dans ces tableaux, en valent bien des grands. Le premier est Louis-Roland Trinquesse dont Stair Sainty présente une ravissante Jeune femme tenant une lettre, tout de bleu vêtue (ill. 22). Le second est un artiste assez inégal, Louis-Jean-François Lagrenée. Son Bellone appelant Mars à la guerre (ill. 23) exposé chez Derek Johns, malgré des maladresses très savoureuses (et tellement grosses qu’il est difficile de penser qu’elles ne sont pas volontaires) est un superbe tableau, aux coloris à la fois vifs et subtils, tout imprégné de la leçon de Charles Le Brun.


JPEG - 107.1 ko
22. Louis-Roland Trinquesse (vers 1746-vers 1800)
Jeune femme tenant sa correspondance dans un boudoir
Huile sur toile - 80 x 62 cm
Londres, Stair Sainty
Photo : Stair Sainty
JPEG - 131.3 ko
23. Louis-Jean-François-Lagrenée (1724-1805)
Bellone appelant Mars à la guerre
Huile sur toile - 65 x 93,5 cm
Londres, Derek Johns Ltd
Photo : Derek Johns Ltd

Le XIXe siècle est relativement moins présent sur le salon, à l’exception des galeries Stair Sainty et Talabardon & Gautier. Chez le premier, on retiendra par exemple une esquisse de François Gérard pour la galerie des Batailles du château de Versailles (ill. 24) et chez les seconds une Vue de la Villa Médicis (ill. 25) réalisée par Alphonse Périn, l’ami de Victor Orsel, que l’on connaît davantage comme peintre religieux.


JPEG - 161.4 ko
24. François Gérard (1770-1837)
L’entrée d’Henri IV dans Paris, 1817
Huile sur toile - 61 x 134 cm
Londres, Stair Sainty
Photo : Stair Sainty
JPEG - 100.7 ko
25. Alphonse Périn (1798-1874)
Vue de la Villa Médicis, 1827
Huile sur toile - 26,5 x 38,7 cm
Paris, galerie Talabardon & Gautier
Photo : Galerie Talabardon & Gautier

On signalera enfin les deux expositions complémentaires présentées par Paris-Tableau. L’une, constituée de trois tableaux de la collection de Jeff Koons, a pour intérêt principal de montrer que même les artistes contemporains peuvent s’intéresser aux tableaux anciens et que les collectionner n’a rien d’une démarche passéiste.
La seconde, très didactique, est organisée par l’INHA1. Elle porte sur le revers du tableau, montrant tout ce que peuvent révéler les châssis ou les dos des toiles et des panneaux, qui constituent des éléments souvent fondamentaux pour l’histoire des œuvres. Ce parcours se poursuit jusqu’au 28 novembre au musée du Louvre qui montre lui aussi dans ses salles quelques revers de tableaux particulièrement instructifs.

Paris-Tableau, Palais de la Bourse, place de la Bourse, 75002 Paris. Du 4 au 8 novembre de 12 h à à 20 h (22 h le lundi 7 novembre). Entrée : 15 € (tarifs réduits étudiants de moins de 26 ans : 7,50 € ; enfants de moins de 13 ans : gratuit).
Site Internet.


Didier Rykner, dimanche 6 novembre 2011


Notes

1Les commissaire sont Pascal Labreuche et Nathalie Volle.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Marché de l’art : Foire de Maastricht 2011 : une qualité exceptionnelle

Article suivant dans Marché de l’art : Plusieurs expositions de tableaux anciens à Paris