Le Portrait de Catrine Hooghsaet par Rembrandt restera pour l’instant au Royaume-Uni


JPEG - 66.5 ko
Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Portrait de Catrina Hooghsaet, 1657
Huile sur toile
Collection particulière
Photo : D. R. (domaine publique)

25/10/15 - Trésor national - Royaume-Uni - Une partie des œuvres exposées à Penrhyn Castle, au Pays de Galle, propriété du National Trust, appartient toujours à la famille qui possédait autrefois le château. Un important tableau de Rembrandt faisant partie de cette collection, le Portrait de Catrina Hooghsaet, était depuis plusieurs années sur le marché de l’art. Le Rijksmuseum avait tenté de l’acheter en 2007, mais sans parvenir à réunir la somme (environ 40 millions de livres à l’époque - voir la brève du 30/6/07). La toile a finalement été récemment vendue à un collectionneur étranger pour 35 millions de livres.

L’œuvre avait donc fait l’objet le 16 octobre d’une interdiction temporaire de sortie du territoire britannique1. L’Art Fund prévoyait de lancer le 26 octobre une grande souscription nationale pour l’acheter, annonçant avoir déjà trouvé de nombreux mécènes. Mais le propriétaire a finalement décidé de renoncer à l’exportation, et pourrait même, selon The Art Newspaper, prêter le tableau à une collection publique.
L’Art Fund s’est déclaré peu satisfait de cette solution, qui pour elle ne fait que retarder le problème. Sans doute l’institution pensait-elle avoir de bonnes chances de réunir l’argent. Selon Bendor Grosvenor, une demande d’exportation ne pouvant être renouvelée avant dix ans, l’œuvre est pour l’instant assurée de ne pas quitter le territoire britannique avant cette période.

Un lecteur nous a, à cette occasion, demandé via Twitter pourquoi ce tableau de Rembrandt ne valait « que » 48 millions d’euros (l’équivalent de 35 millions de livres) alors que les deux portraits de la collection Rothschild s’étaient vendus 160 millions, soit 80 millions chaque. Un élément de réponse nous paraît clair, même si objectivement les tableaux conservés en France nous semblent plus importants que l’œuvre de Penrhyn Castle : les deux pendants n’ont fait l’objet d’aucune véritable négociation. En refusant de les classer « trésor national », le ministère de la Culture s’est privé d’un temps de discussion essentiel. Et cette négociation était devenue presque impossible dès lors que le Rijksmuseum a annoncé qu’il les achèterait au prix demandé (alors qu’il n’avait pu acquérir il y a huit ans le Portrait de Catrina Hooghsaet). Il est fort probable que le prix de 160 millions était trop élevé, ce qui confirme d’ailleurs ce que nous disions dans notre premier article. La vente de ce Rembrandt anglais, quelques semaines après la triste affaire des Rembrandt Rothschild, est indirectement une nouvelle fois preuve de l’impéritie du ministère de la Culture.


Didier Rykner, dimanche 25 octobre 2015


Notes

1Contrairement à la France, le Royaume-Uni interdit en général de sortie les œuvres après qu’elles ont été vendues. En revanche, ils ne disposent ensuite que de quatre mois pour agir – un délai pouvant cependant être porté à un an si un musée témoigne de sa volonté d’acheter, alors que la loi française prévoit une interdiction de 30 mois.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Souscription réussie pour le Corneille de Lyon

Article suivant dans Brèves : Un Vernansal pour Chicago