Polémique autour d’une souscription au Royaume-Uni


JPEG - 312.6 ko
École anglaise, vers 1590
Portrait d’Elizabeth I, dit Armada Portrait
Huile sur panneau
Collection privée
Photo : The Art Fund

28/5/16 - Souscription - Greenwich, Royal Museums - The Art Fund vient de lancer une nouvelle opération de souscription nationale pour faire entrer aux Royal Museums de Greenwich un tableau connu sous le nom de « Armada Portrait » représentant la reine Elizabeth I avec, en arrière plan, deux paysages marins montrant la flotte espagnole et sa débâcle lors d’une tempête au large des côtes irlandaises. L’œuvre a appartenu à Sir Francis Drake qui en fut probablement le commanditaire.
Il existe deux autres versions, toutes deux conservées au Royaume-Uni : celle qui passe pour la première, est accrochée à Woburn Abbey ; la seconde appartient à la National Portrait Gallery de Londres. L’auteur est anonyme même si la version de Woburn Abbey est présentée comme « attribuée à George Gower (vers 1546-1596) ». Le prix, surtout, est astronomique : 14 millions de livres, soit 18,4 millions d’euros ! Une réduction d’impôts pour le vendeurs de 4 millions, un million déjà apporté par The Art Fund et 400 000 livres apportées par les musées royaux de Greenwich, il reste donc à trouver 8,6 millions de livres pour que cette œuvre puisse être acquise.

Cette opération est cependant l’objet d’une polémique lancée par Michael Savage, l’auteur d’un blog très documenté et très suivi par les historiens de l’art : Grumpy Art Historian. Celui-ci estime, avec des arguments assez percutant, qu’il s’agit d’une somme beaucoup trop importante pour un portrait qui est avant tout une réplique, d’une qualité artistique au mieux discutable, et dont un exemplaire est déjà conservé à Londres, à « moins de 7 miles » de Greenwich. S’agissant pour une grande part d’argent public à travers les déductions fiscales, il pense que cette somme serait beaucoup mieux employée pour acheter des œuvres plus importantes. Il compare, par exemple, cet achat, avec celui que n’a pas fait la National Gallery du Portrait de Jabach par Charles Le Brun, finalement acquis par le Metropolitan Museum (voir la brève du 16/5/14), alors qu’il avait été proposé au musée anglais pour moitié moins du prix du « Armada Portrait ». On peut, par ailleurs, se demander si réellement un acheteur non britannique pourrait être intéressé par une telle œuvre, à un tel prix. Que l’on soit d’accord ou non avec lui - remarquons notamment que l’exemplaire de Londres est largement coupé sur les côtés et que les paysages marins sont ainsi très fragmentaires1 - il pose des questions pertinentes sur un sujet plus large qui mériterait un débat en Angleterre, mais aussi certainement en France.


Didier Rykner, dimanche 29 mai 2016


Notes

1Mais Bendor Grosvenor, dans son nom moins excellent blog Art History News, fait remarquer à raison que les marines du tableau que souhaite acheter Greenwich ne sont pas d’origine mais refaits au XVIIe siècle ; seul donc le tableau de Woburn Abbey, le premier, semble ne pas avoir été modifié.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Georgia O’Keeffe Museum : trois œuvres s’en vont, une autre arrive

Article suivant dans Brèves : Disparition d’Élie-Charles Flamand