Le Musée Jean Couty ouvre ses portes à Lyon Contenu abonnés


JPEG - 435.9 ko
1. Jean Couty (1907-1991)
La Récréation, 1947
Huile sur toile - 202 x 352 cm
Lyon, Musée Jean Couty
Photo : bbsg
Voir l'image dans sa page

« Il a surtout une prédilection pour les visages tannés et ravinés, les cous cordés des vieillards, la pâleur des enfants d’orphelinat, le regard mort des nonnes et des vieilles femmes aux chignons gras et aux galures de pauvres », écrivait Georges Besson à propos de Jean Couty. Il avait probablement vu ces orphelines au teint blafard alignées en rang d’oignons entre des religieuses aux yeux éteints dans un grand tableau sinistrement intitulé La Récréation (ill. 1).
Pourtant, ce n’est pas son intérêt pour le dénuement de la figure humaine que le grand public a retenu de l’œuvre de Couty, mais son affection pour sa région natale, ses vues de Lyon inlassablement déclinées en toutes saisons et à toute heure du jour et de la nuit, aussi bien les rives champêtres de la Saône que les rues animées de la ville (ill. 2) .

Toute la diversité de son art est mise en valeur dans le musée qui lui est consacré et qui a ouvert ses portes en mars dernier, après quinze ans de réflexion et deux ans de travaux. Le fondateur de cette institution privée n’est autre que le fils de l’artiste, Charles Couty, et sa directrice Myriam Couty, épouse de Charles. Un site internet reproduit les peintures, les dessins et les lithographies du maître, permettant de compléter au fur et à mesure le catalogue raisonné de son œuvre.


JPEG - 1.2 Mo
2. Jean Couty (1907-1991)
Saint-Georges sous la neige, vers 1972
La Gare d’eau de Vaise, 1950
Lyon, Musée Jean Couty
Photo : bbsg
Voir l'image dans sa page
JPEG - 1.2 Mo
3. Vue du musée Jean Couty
le rez-de-chaussée
Photo : bbsg
Voir l'image dans sa page

Le musée se dresse juste à côté de l’atelier et de la maison de Jean Couty, sur les quais de la Saône, en face de l’Île Barbe - insula barbara, île sauvage - que l’on retrouve dans nombre de ses toiles. Quelque 150 œuvres - souvent de grands formats - se déploient sur 800 mètres carrés…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Le Louvre fait évacuer par la police un étudiant qui photographie

Article suivant dans Musées : Nogent-sur-Seine rouvre son musée de sculpture