La petite Infante du Louvre : une martyre de l’attribution Contenu abonnés


JPEG - 33.9 ko
Atelier de Diego Velázquez (1599-1660)
L’infante Marie Marguerite, 1653
Huile sur toile - 70 x 58 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l'image dans sa page

3/2/09 – Attribution – Le High Museum va-t-il demander un remboursement au Louvre ? C’est la question que l’on peut se poser après avoir constaté que dans la rétrospective Picasso et les Maîtres qui s’est terminée hier soir, l’Infante du Louvre (ill.), attribuée avec tant d’éclat à Velázquez lui-même à l’occasion de son récent voyage outre-Atlantique (voir l’éditorial du 25/12/06), à nouveau présentée comme complètement autographe au début de cette exposition (voir l’article) et dans le catalogue qui l’accompagne, s’est vue contre toute attente rétrogradée à l’infamant statut de copie avec un nouveau cartel…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Avis d’appel au mécénat pour le Portrait du Comte Molé d’Ingres

Article suivant dans Brèves : Le Diane et Actéon de Titien finalement acquis par Londres et Edimbourg