La façade de l’église Saint-Paul-Saint-Louis restaurée Contenu abonnés


2/11/12 - Restauration - Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis - Depuis quelques semaines, la façade de l’église Saint-Paul-Saint-Louis, entièrement restaurée, a été débarrassée de ses échafaudages. C’est une véritable redécouverte qui s’offre à la vue des Parisiens et des touristes. Le changement est en effet immense et le bâtiment a été métamorphosé (ill. 1 et 2). La saleté de la pierre empêchait en effet de voir à quel point cet édifice baroque1 est d’une splendeur comparable aux plus belles églises romaines. On ne peut désormais passer devant lui sans le remarquer, et sa découverte progressive, en arrivant par la rue de Sévigné (ill. 3) qui lui fait face, est un spectacle unique.


JPEG - 64.5 ko
1. Façade de l’église Saint-Paul-Saint-Louis
Avant restauration
Photo : J.-B. Gurliat/Mairie de Paris
Voir l'image dans sa page
JPEG - 84.6 ko
2. Façade de l’église Saint-Paul-Saint-Louis
Après restauration
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 96.7 ko
3. L’église Saint-Paul-Saint-Louis
vue de la rue de Sévigné
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Nous regrettons suffisamment l’entretien médiocre de nombreuses églises parisiennes (nous reviendrons bientôt sur notre série que nous avions interrompu après un seul article) pour ne pas saluer cette intervention de la Ville. Remarquons cependant que celle-ci n’avait plus le choix, la façade étant si dégradée qu’elle était devenue très dangereuse : la chute d’une grosse pierre survenue pendant la nuit aurait pu avoir des conséquences catastrophiques si elle avait eu lieu en plein jour ! L’absence de plan raisonné, et à long terme, de restauration et d’entretien des édifices religieux parisiens, se fait ici sentir. On peut d’ailleurs regretter que seule la façade soit restaurée et nettoyée sans que les autres côtés le soient.

La restauration devenant indispensable, au moins celle-ci a-t-elle été réalisée dans les règles de l’art par l’architecte en chef des monuments historiques Jean-François Lagneau2. Le nettoyage n’a d’ailleurs pas…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La donation Hornstein à Montréal (2)

Article suivant dans Brèves : Un bénitier baroque romain acquis par la National Gallery de Washington