La donation Hornstein à Montréal (2) Contenu abonnés


1/11/12 - Acquisitions - Montréal, Musée des Beaux-Arts - Nous avons déjà commencé à publier (voir la brève du 29/5/12) l’extraordinaire donation faite au Musée des Beaux-Arts de Montréal par Michal et Renata Hornstein de 70 tableaux anciens. Nous avons dans le même article donné une liste très sommaire des artistes représentés et reproduit quatre œuvres. En voici huit nouvelles, toutes dues à des artistes hollandais, la peinture nordique étant la plus représentée dans cette collection.

Deux sont des natures mortes hollandaises du XVIIe siècle. La première a pour auteur Willem van Aelst (ill. 1). Curieusement, l’altération des pigments qui a affecté le tableau1 en transformant les verts en bleus a probablement ajouté à la fascination que cette œuvre exerce. La manière dont ces plantes aux coloris aujourd’hui bleus ressortent sur le fond d’un noir profond crée un effet plastique absolument remarquable.


JPEG - 103.9 ko
1. Willem van Aelst (1627-après 1687)
Nature morte au hareng, 1666 ?
Huile sur toile - 43,5 x 33 cm
Montréal, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBAM
Voir l'image dans sa page
JPEG - 111.6 ko
2. Abraham van Beyeren (1620/21-vers 1675 ou 1690)
Nature morte au banquet, entre 1650 et 1660
Huile sur toile - 103 x 100,5 cm
Montréal, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBAM
Voir l'image dans sa page

La seconde a été peinte par Abraham van Beyeren (ill. 2). Riche et subtile, d’une taille nettement plus grande que la précédente, elle présente une composition très complexe où les fruits et l’opulente vaisselle sont disposés dans un désordre en réalité parfaitement construit.

Après les natures mortes, voici trois paysages. Le premier est d’Allart van Everdingen, frère du plus célèbre Cesar van Everdingen, et élève de Roelandt Savery. L’influence de ce dernier se voit d’ailleurs sur le paysage montagneux (ill. 3) donné au musée, d’une certaine naïveté qui en fait tout le charme.


JPEG - 121.1 ko
3. Allart van Everdingen (1621-1675)
Village montagneux près de l’eau, 1664
Huile sur panneau - 31,7 x 48,6 cm

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Fitzwilliam Museum a réussi à acheter L’Extrême-Onction de Poussin

Article suivant dans Brèves : La façade de l’église Saint-Paul-Saint-Louis restaurée