La climatisation, un risque pour les œuvres ? Contenu abonnés


JPEG - 343 ko
D’après Marten van Heemskerck (1498-1574)
La Forge de Vulcain
Huile sur panneau
Tableau ayant souffert de la panne de climatisation
et actuellement partiellement couvert de papier japon
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Jean-Louis Mazieres (CC BY-NC-SA 2.0)

On se rappelle que le Musée des Beaux-Arts d’Orléans est sans directeur depuis maintenant plus de deux ans (voir cet article). Faut-il y voir une des raisons des dégâts qu’a occasionnés une panne de climatisation survenue au printemps : soulèvement de la couche picturale, fissures (comme un panneau l’indique dans les salles) sur une dizaine de tableaux sur bois1 comme l’affirme l’opposition municipale2 ? Nous avons interrogé la municipalité qui nie le rapport entre les deux affaires, soulignant que deux conservateurs sont actuellement employées par le musée et ont pu prendre les mesures qui s’imposaient. Nous avons par ailleurs enquêté indépendamment et nos informations montrent, effectivement, que les choses ont été traitées rapidement.
Le musée d’Orléans n’a d’ailleurs pas caché le problème comme auraient pu le faire d’autres établissements, et a planifié, d’ores et déjà, la restauration des panneaux concernés dès l’automne prochain, pour la somme de 40 000 €. On ne peut s’empêcher de penser que cet argent aurait été mieux dépensé ailleurs et que cette restauration ne rendra jamais les panneaux à leur état d’avant l’incident, mais il serait injuste sur cette affaire de blâmer ce musée.

Il reste que l’absence persistante d’un vrai directeur est totalement anormale. Heureusement, la municipalité3 semble avoir enfin changé son fusil d’épaule et avoir pris les choses comme il le faut. Un vrai processus de recrutement d’un responsable semble en bonne voie et, contrairement aux premières orientations prises (voir notre article cité plus haut), il s’agit cette fois de choisir un vrai conservateur4. Le musée semble à nouveau faire partie des priorités de la mairie, ce dont on ne peut que se réjouir.

Cette…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Aix-en-Provence : Hôtel Caumont versus Musée Granet

Article suivant dans Musées : Précisions sur les « 20 super-directeurs » des musées italiens