Le Musée des Beaux-Arts d’Orléans sans directeur Contenu abonnés


JPEG - 111.7 ko
La salle Triqueti au Musée des Beaux-Arts d’Orléans
Photo : Didier Rykner

Depuis environ un an, le Musée des Beaux-Arts d’Orléans se retrouve sans directeur. Une première procédure de recrutement avait été lancée en juillet 2013, mais celle-ci avait été interrompue en raison du départ pour Nantes du directeur du Muséum. Les candidats étaient informés qu’une « réflexion était en cours ». Celle-ci a abouti, en janvier de cette année, à la parution d’une annonce quelque peu curieuse. On y recherche désormais un seul directeur pour trois musées : celui des Beaux-Arts, celui d’archéologie (l’hôtel Cabu rattaché au Musée des Beaux-Arts), et le muséum d’histoire naturelle.
Une telle configuration n’est pas unique : quelques villes possédant plusieurs musées ont en effet choisi de nommer un directeur des musées. C’est, par exemple, le cas de Strasbourg. Mais le directeur des musées de Strasbourg (une directrice en l’occurrence : Joëlle Pijaudier-Cabot) est un conservateur, et chaque musée a un conservateur à sa tête qui le dirige notamment sur le plan scientifique.
L’annonce d’Orléans ne prévoit rien de tel : le directeur est à la fois directeur du Musée des Beaux-Arts (« parmi les plus riches de France »), du Musée historique et archéologique de l’Orléanais, et du Muséum (« qui permet de découvrir le monde des invertébrés […], les mammifères et les oiseaux, les grandes évolutions géologiques de la planète de l’ère primaire à la préhistoire et les milieux naturels solognots »). Il s’agira donc, en réalité, de cumuler sur une personne les fonctions dévolues auparavant à deux personnes aux compétences fort diverses. Il devra d’ailleurs, comme cela est précisé dans l’appel à candidature, connaître « les enjeux scientifiques et culturels des musées ». Bref, il devra être un spécialiste des trois domaines couverts par les établissements, d’autant qu’il lui faudra (« en lien avec les responsables scientifiques », c’est-à-dire les conservateurs des établissements) « mettre…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Le Musée de l’histoire de la France en Algérie : une collection menacée

Article suivant dans Musées : La réouverture des salles d’objets d’art du Louvre, de Louis XIV à Louis XVI