Aix-en-Provence : Hôtel Caumont versus Musée Granet Contenu abonnés


JPEG - 560 ko
1. Façade de l’hôtel de Caumont après restauration
Photo : Didier Rykner

Il y a quelques années, nous avions visité l’hôtel de Caumont, propriété de la Ville d’Aix-en-Provence, qui abritait alors le conservatoire. Le mauvais état de cette très belle bâtisse du XVIIIe siècle nous avait frappé. C’est pourquoi l’annonce de sa vente par la municipalité à la société Culture Espaces pour en faire un centre d’exposition ne nous a pas réellement choqué. La situation ne pouvait pas être pire.
Et il faut reconnaître que celle-ci s’est nettement améliorée. La restauration, menée par une architecte du patrimoine, Mireille Peren, est plutôt réussie (ill. 1 à 3). Aussi bien extérieurement qu’intérieurement, l’hôtel a retrouvé sa dignité, rien ne nous a semblé abusif et le décor est fait avec goût. On le doit à Didier Benderli qui, bien qu’il ait longtemps travaillé avec Jacques Garcia, fait preuve d’une sobriété bien venue.


JPEG - 212.4 ko
2. Atlante sculpté sous l’escalier
avant restauration (avril 2010)
Photo : Didier Rykner
JPEG - 50.3 ko
3. Atlante sculpté sous l’escalier
après restauration
Photo : Didier Rykner

On notera seulement – on s’est bien gardé de nous le dire pendant la visite de presse – qu’à l’étage, dans les salles d’exposition temporaire, une pièce qui conserve ses boiseries n’a pas été restaurée, celles-ci se trouvant protégées, mais cachées à la vue des visiteurs, par un coffrage (ill. 4 et 5). À l’exception de ce point, qui au moins n’est pas irréversible, l’opération peut être considérée comme une réussite.


JPEG - 431.1 ko
4. Pièce de l’étage lorsque l’hôtel de Caumont
était encore le conservatoire (avril 2010)
Aujourd’hui salle d’exposition, coffrée
Photo : Didier Rykner
JPEG - 393.8 ko
5. Première salle d’exposition, correspondant
à la pièce de l’illustration 4
Photo : Didier Rykner

Le rez-de-chaussée est essentiellement consacré à un salon de thé et peut être loué pour des réceptions (ill. 6 à 8). Les murs sont décorés de gravures et dessins ou tableaux anciens, mais modestes, qui font un décor…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : La réouverture (partielle) du musée de Beauvais : une évidente réussite

Article suivant dans Musées : La climatisation, un risque pour les œuvres ?