L’Ecole de Düsseldorf


Die Düsseldorf Malerschule und ihre internationale Ausstrahlung 1819-1918

Düsseldorf, Museum Kunstpalast du 24 septembre 2011 au 22 janvier 2012.

JPEG - 147.4 ko
1. Andreas Achenbach (1815-1910)
La Cour de l’Académie, 1831
Huile sur toile - 65 x 81,2 cm
Düsseldorf, Museum Kunstpalast
Photo : Didier Rykner

Lorsque les musées allemands montent une exposition, ils font rarement les choses à moitié. Après la rétrospective fleuve autour du Maître de Naumburg dont nous avions parlé (voir l’article), celle consacrée à l’école de Düsseldorf, organisée par le Kunstpalast récemment rouvert (voir l’article), n’est pas moins dense puisqu’elle présente environ 450 tableaux dont les dates s’échelonnent entre les années 1820 et le début du XXe siècle, couvrant ainsi près d’un siècle de création artistique.

« Ecole de Düsseldorf » : ce terme en intriguera plus d’un. Rares sont ceux hors d’Allemagne qui savent de quoi il s’agit. Pour beaucoup, l’histoire de l’art au XIXe siècle, de David à Monet, s’écrit essentiellement en France et les artistes étrangers sont souvent ignorés ou regardés légèrement de haut. Or, Düsseldorf, comme de nombreuses autres ville en Europe ou aux Etats-Unis, connut une véritable floraison de peintres qui n’eurent pas qu’un retentissement local. Il ne s’agit pas d’un véritable « mouvement » car les styles sont aussi différents que les artistes, mais d’un foyer, organisé autour d’une Académie des Beaux-Arts.

Les chiffres sont impressionnants : entre 1819 et 1918, pas moins de 4000 artistes y sont formés. Parmi eux : 700 étrangers dont 170 Scandinaves, 100 Américains, des Russes, des Néerlandais, des Belges, des Suisses, des Polonais… Rien d’étonnant, donc, si nombre d’entre eux essaimèrent par la suite, faisant rayonner internationalement l’école de Düsseldorf. L’exposition prend cet aspect en compte en montrant des toiles de peintres européens ou américains s’étant formés dans cette ville. Elle présente également des œuvres d’artistes ayant influencé les peintres allemands ou ayant des affinités avec cette école.

L’Académie, fondée en 1773, devint en 1819 l’Académie Royale prussienne des Beaux-Arts et eut pour directeur, depuis cette date jusqu’en 1826, Peter Cornelius. Mais ce fut sous son successeur, Wilhelm von Schadow, que l’institution prit réellement son essor.
C’est donc sous le signe des Nazaréens que l’école de Düsseldorf se développa, et l’exposition rend bien compte de cette réalité en proposant un grand nombre de peintures relevant de ce style né à Rome au début du XIXe siècle. L’accrochage, à la fois thématique et chronologique, ne rend pas complètement compte de l’évolution des différents styles. Les manières s’entremêlent, se répondent, se côtoient sans exclusive, à la fois originales mais pétries de références.


JPEG - 133.9 ko
2. Theodor Hildebrandt (1804-1874)
Les Enfants d’Edouard, 1835
Huile sur toile - 150 x 175,2 cm
Düsseldorf, Museum Kunstpalast
Photo : Museum Kunstpalast

JPEG - 79.5 ko
3. Hermann Stilke (1803-1860)
L’Enlèvement des enfants d’Edouard, 1850
Huile sur toile - 174 x 127,5 cm
Berlin, Staatliche Museen, Nationalgalerie
Photo : Nationalgalerie

Une première salle est consacrée à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Leonardo da Vinci. Painter at the court of Milan

Article suivant dans Expositions : Petits théâtres de l’intime. La peinture de genre française entre Révolution et Restauration