Réouverture du Museum Kunstpalast de Düsseldorf Contenu abonnés


Construit en 1925 par l’architecte Wilhelm Kreis (qui devait devenir plus tard un collaborateur d’Albert Speer), le Kunstpalast est un bâtiment Art Déco (ill. 1) dont le hall (ill. 2) constitue l’une des plus belles parties, avec un ensemble de vitraux dû à l’artiste hollandais Johan Thorn Prikker. Sa réouverture, après deux ans de travaux de mise aux normes, est l’occasion de parler d’une institution méconnue en France malgré ses riches collections.


JPEG - 100.9 ko
1. Wilhelm Kreis (1873-1955)
Museum Kunstpalast, Düsseldorf
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 111.7 ko
2. Wilhelm Kreis (1873-1955), architecture et
Johan Thorn Prikker (1868-1932), vitraux
Vitraux
Düsseldorf, Museum Kunstpalast
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Nous ne connaissions pas le musée avant qu’il n’entreprenne ces travaux. Au rez-de-chaussée sont exposées les œuvres en verre, le Glasmuseum Hentrich, l’un des ensembles de ce genre les plus importants conservés dans une collection publique (elle serait la troisième au monde après le Metropolitan Museum et le Victoria & Albert Museum), qui couvre un champ chronologique allant de l’Antiquité à nos jours (ill. 3). Cette partie, déjà refaite en 2006, est la seule à ne pas avoir été fermée pendant les travaux.


JPEG - 99 ko
3. Collection des verres
(Glasmuseum Hentrich)
Düsseldorf, Museum Kunstpalast
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 76 ko
4. Accrochage peu serré des tableaux
de paysages du début du XIXe siècle
(à gauche, Caspar Johann Nepomuk Scheuren,
à droite, Joseph Anton Koch)
Düsseldorf, Museum Kunstpalast
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Au premier étage se déploient les sculptures et les peintures. La scénographie est simple mais met parfaitement les œuvres en valeur. Alors que les précédentes présentations mélangeaient, si l’on en croit le dossier de presse, toutes les techniques et toutes les époques, la nouvelle muséographie privilégie la chronologie ce qui rend le parcours clair et logique. On peut en revanche…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Les administrateurs des musées nationaux épinglés par la Cour des Comptes

Article suivant dans Musées : Maison de l’Histoire de France : un avant-projet fumeux