Josefa de Óbidos e a Invenção do Barroco Português Contenu abonnés


Josefa de Óbidos et l’invention du Baroque Portugais.
Lisbonne, Museu Nacional de Arte Antiga, du 15 mai au 6 septembre 2015.

JPEG - 96.7 ko
1. Josefa de Obidos (1630-1684)
Sainte Marie-Madeleine, 1679
Huile sur cuivre - 34 x 42,2 cm
Paris, collection particulière
Photo : Sotheby’s

Dans la vente Sotheby’s New York de peinture ancienne, en janvier dernier, nous avions remarqué un très joli tableau de Josefa de Óbidos, une femme peintre portugaise du XVIIe siècle (voir la brève du 27/1/15). Cette Madeleine réconfortée par des anges (ill. 1) se trouve dans la première salle de la rétrospective que consacre à l’artiste le Museu Nacional de Arte Antiga de Lisbonne. Il est signalé comme désormais dans une collection particulière parisienne, et nous aurons bientôt l’occasion d’en reparler. L’œuvre, peinte sur cuivre, nous avait plu par son raffinement, qui se traduit autant dans les coloris subtils que dans la grâce des figures, combinés à une certaine naïveté qui renforce encore son charme.
Inconnue ou presque en France, Josefa bénéficie au Portugal d’une véritable renommée. Si elle réalisa de nombreux petits tableaux tels que celui-ci, elle est également connue pour ses natures mortes et pour ses grands retables dont quelques-uns sont présentés à la fin de l’exposition.


JPEG - 290.8 ko
2. Baltazar Gomes Figueira (1604-1674)
Repos pendant la fuite en Égypte, 1643
Huile sur toile - 194 x 158 cm
Óbidos, Paróquia de Santa Maria de Óbidos
Photo : Didier Rykner
JPEG - 258.9 ko
3. Josefa de Óbidos (1630-1684)
Saint Bernard, vers 1660
Huile sur cuivre - 19,8 x 14,7 cm
Collection Joaquim Horta Correia
Photo : Didier Rykner

Josefa était la fille du peintre Baltazar Gomes Figueira qui travailla à Séville où elle naquit. Son patronyme vient de la ville de Óbidos, où était né son père, qui revint y installer l’atelier familial. L’exposition commence avec un Repos pendant la fuite en Égypte de Figueira (ill. 2), repris à son tour par sa fille. L’œuvre est une copie assez libre, au moins dans le paysage, d’un tableau de Barocci, aujourd’hui conservé au Vatican. Si Josefa s’inspirait aussi, parfois, de gravures, elle était cependant…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Amours, vices et vertus

Article suivant dans Expositions : Métamorphoses. Dans le secret de l’atelier de Rodin