Publicité Annonce Tribune de l'Art souscription 2

Johan Maelwael Contenu abonnés


Amsterdam, Rijksmuseum, du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018.

Comment faire une exposition rétrospective autour d’un peintre connu pour trois œuvres, dont la Pietà récemment acquise par le Louvre (voir la brève du 13/1/12) n’a pu être prêtée car trop fragile1 et la troisième, la toile de Berlin, n’est plus donnée qu’à son atelier, voire à son entourage ? C’est l’exploit que réussit haut la main le Rijksmuseum.

Johan Maelweal est originaire des Pays-Bas, même s’il est considéré comme appartenant à l’école française. Cela justifie l’orthographe peu usité de son nom (il est mieux connu sous le nom francisé de Jean Malouel) qui signifie littéralement « bon peintre » en flamand. Cela explique aussi pourquoi c’est à Amsterdam, que se déroule cette exposition.
Puisqu’elle ne peut montrer qu’une seule œuvre certaine de Malouel, la grande Pietà ronde du Louvre (ill. 1), l’exposition s’attache à étudier à la fois le contexte de sa production artistique, aux Pays-Bas d’abord, puis en France, les sources visuelles qui sont les siennes, mais aussi l’influence qu’il eut sur ses contemporains dont les célèbres frères Limbourg qui ne sont autres que ses neveux. Cela permet un rassemblement considérable de chefs-d’œuvre dont des peintures provenant peut-être de son atelier ou de son cercle bourguignon qui, combinées à l’intelligence du propos, ravira tous les visiteurs.


JPEG - 352.4 ko
1. Jean Malouel (connu à partir de 1397-1415)
Grande Pietà ronde, vers 1400
Tempera et or sur panneau - D. 52 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP/J.-G. Bertizzi
Voir l'image dans sa page
JPEG - 361.3 ko
2. Pays-Bas du Nord, vers 1363
Crucifixion de Hendrik van Rijn
Huile et or sur panneau - 147,8 x 145 cm
Anvers, Musées royaux des Beaux-Arts
Photo : Hugo Maertens
Voir l'image dans sa page

JPEG - 313.6 ko
3. André Beauneveu
Vierge à l’enfant
Calcaire - 184 x 65,5 x 35 cm
Londres, Sam Fogg
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

On commence donc le parcours avec Nimègue, ville natale de notre peintre, à la fin du XIVe siècle, et deux objets exceptionnels : un reliquaire en argent signé qui permet…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Paul Cézanne. Le Chant de la Terre

Article suivant dans Expositions : Lorrains sans frontières